ASSE - EXCLU BUT ! Fatsah Amghar (Rumilly-Vallières) : « J'aurais aimé faire une carrière à la Adrien Ponsard »
Amghar fêté par ses joueursCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
HEROS DE LA COUPE

ASSE - EXCLU BUT ! Fatsah Amghar (Rumilly-Vallières) : « J'aurais aimé faire une carrière à la Adrien Ponsard »

Originaire de L'Horme près de Saint-Étienne, Fatsah Amghar est l'entraîneur du Petit Poucet de la Coupe de France, Rumilly Vallières, qualifié en demi-finale. Le coach de 45 ans évoque le parcours incroyable de son équipe haut-savoyarde, mais aussi l'actualité de l'ASSE, qui l'a toujours fait rêver...

Zapping But! Football Club ASSE : le palmarès complet des Verts

But ! : Fatsah, vous n'êtes plus qu'à un match du Stade de France. Commencez-vous à rêver d'un exploit ?

Fatsah Amghar : Pour nous, arriver en demi-finale, c'est déjà un exploit. Honnêtement, on n'en revient pas ! On sait que pour aller en finale, ça va être extrêmement compliqué. Mais après, c'est possible. C'est le football, on peut rêver. Avant le match contre Toulouse, je disais aux joueurs qu'ils n'étaient plus qu'à 180 minutes du Stade de France. Ils sont désormais à 90 minutes. On va jouer Monaco, une L1. C'est une grande satisfaction. On a dû aller jusqu'en demi-finale pour que ça arrive... C'est vrai que j'avais une préférence pour le PSG, mais Monaco, c'est aussi une grande équipe. On donnera notre maximum pour gagner ce match.

 

Vous êtes originaire de l'Horme, près de Saint-Étienne. Suivez-vous toujours l'actualité de l'ASSE ?

Bien sûr, je suis régulièrement les matches. Je suis l'ASSE depuis tout petit, mon fils aussi. J'essayais d'aller voir les matches à Geoffroy-Guichard, mais ce n'était pas toujours possible parce que l'on n'avait pas les finances. C'est mon club de cœur.

 

Vous avez évolué au poste d'attaquant au niveau amateur dans la région, sans jamais avoir eu votre chance au plus haut niveau. Est-ce une déception ?

Oui, parce que c'était un rêve de devenir professionnel. J'ai fait malgré tout une petite carrière en CFA. Après je me suis dit que j'allais tout faire pour continuer dans le monde du football. Et c'est pour cette raison que je suis devenu entraîneur. Aujourd'hui, je suis coach amateur, mais j'ai pour objectif de passer mon diplôme pro et de côtoyer ce monde-là un jour.

 

Où avez-vous débuté ?

J'ai été contacté par un club à côté d'Annecy, Cran-Gevrier, qui voulait me recruter en tant que joueur. À l'époque, je jouais en CFA 2 à Vaulx-en-Velin. J'ai donc atterri là-bas. Ils m'ont ensuite proposé un emploi d'éducateur sportif à temps plein. Et c'est là que j'ai commencé à être formé en tant qu'entraîneur. J'ai passé tous mes diplômes. J'ai connu un peu toutes les catégories dans ce club. Après, au niveau sénior, j'ai entraîné Saint-Julien et Cluses, en Haute-Savoie. Puis ensuite, je suis arrivé en 2015 à l'ES Vallières avant la fusion avec Rumilly en 2018.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« J'étais un grand fan de Lubomír Moravcík. Il était très technique. C'est un joueur qui m'a marqué. Laurent Blanc aussi, et plus récemment j'ai toujours eu un faible pour Bayal Sall »

Quels sont les joueurs qui vous ont le plus marqué à l'ASSE ?

Il y en pas mal, c'est difficile de ne pas en oublier. J'étais un grand fan de Lubomír Moravcík. Il était très technique. C'est un joueur qui m'a marqué. Laurent Blanc aussi, et plus récemment j'ai toujours eu un faible pour Bayal Sall. J'aimais bien également le style de jeu d'Étienne Mendy. Et j'avais aussi suivi Adrien Ponsard parce que je l'avais connu dans le monde amateur. On s'était rencontrés. J'ai bien aimé sa carrière car c'était un amateur qui devenait professionnel.

 

Vous auriez souhaité faire une carrière similaire ?

Oui, bien sûr. J'aurais aimé faire une carrière à la Adrien Ponsard. C'était un exemple parce qu'il a prouvé qu'en sortant du monde amateur, c'était quand même possible de devenir footballeur professionnel.

 

Vous avez affronté les Verts cet été, à l'Étrat, en match amical (4-1)...

C'est un super souvenir. On avait prévu de démarrer notre préparation début juillet. Au final, on a eu l'opportunité d'affronter l'ASSE. Donc j'ai contacté tout de suite les joueurs pour que l'on puisse commencer quinze jours plus tôt, et nous préparer un minimum pour cette rencontre. On a débuté fin juin, ça a été toute une organisation, mais ça valait largement le coup. On ne pouvait pas refuser de jouer contre Saint-Étienne ! Pour les joueurs, ça restera l'un des meilleurs souvenirs de leur carrière car c'est marquant de jouer face à une équipe de Ligue 1. Personnellement, j'étais à domicile. Toute ma famille était là, même si c'était limité à cause du Covid... J'ai la vidéo du match et je vais la garder.

 

Comptez-vous rester à Rumilly la saison prochaine ?

Aujourd'hui, je suis concentré sur le parcours en Coupe de France. Mais je pense que c'est difficile de rester très longtemps dans le même club. Après avoir passé le diplôme pro, j'espère entraîner plus haut. J'ai des ambitions et puis je suis encore un jeune entraîneur.

 

Depuis que vous êtes au club, le club gravit les échelons..

C'est ma sixième saison, et nous sommes passés de R2 à N2, avec trois montées. Malheureusement, on a appris la semaine dernière que le championnat était définitivement arrêté...

 

Avez-vous déjà souhaité entraîner au centre de formation de l'ASSE ?

Alors, je n'ai jamais postulé. Mais c'est sûr qu'entraîner les catégories de jeunes d'un club professionnel, comme les U19 ou U17 par exemple, ça ferait rêver. Si en plus ce pouvait être à Saint-Étienne... J'adorerais, bien sûr !

 

Quel regard portez-vous sur le projet de Claude Puel ?

Je pense que c'est un projet intéressant. Il y a de très bons jeunes joueurs au club. Par le passé, ils n'ont pas toujours eu l'opportunité de se montrer. Et là avec Claude Puel qui est un formateur et qui fait confiance aux jeunes, c'est une chance pour eux. Bien évidemment, il y a toujours un équilibre à avoir. Quand on évolue en Ligue 1, il faut aussi une certaine expérience. C'est très important d'avoir un bon mélange entre jeunes et moins jeunes. Mais pour moi, c'est un travail qui va payer à moyen terme.

 

En tant qu'ancien attaquant, que pensez-vous de la saison réalisée par Charles Abi ?

C'est un joueur qui avait marqué contre nous lors du match amical cet été. J'ai l'impression qu'il a du mal à franchir un cap. Il n'a pas énormément de temps de jeu. Parce qu'il n'a certainement pas prouvé qu'il pouvait en avoir davantage. Pour l'instant, il n'est pas très efficace. Et un attaquant est jugé sur son efficacité. Je pense qu'il lui faut encore un peu de temps pour passer ce cap. Mais on n'en a pas toujours, surtout à ce niveau. Il aura peut-être besoin de s'exprimer ailleurs, pour prendre de l'expérience et revenir plus fort.

 

Wahbi Khazri est l'homme en forme lors des dernières rencontres. Il lui reste encore un an de contrat. Le club doit-il le conserver ?

Pour moi, oui. Il fait partie des joueurs talentueux. C'est le genre de joueur qui peut faire la différence à n'importe quel moment. Il apporte toute son expérience au groupe. Son adresse devant le but est remarquable. C'est quand même une qualité importante pour un attaquant... Je pense que Khazri peut encore beaucoup apporter à l'ASSE. Il suffit de voir son état de forme actuel. Maintenant, il y a aussi l'aspect économique que les dirigeants vont certainement prendre en compte, car c'est le plus gros salaire du club.

 

Romain Hamouma arrive en fin de contrat. L'ASSE doit-elle lui proposer une prolongation ?

Hamouma, c'est un fidèle soldat. C'est en plus quelqu'un qui a du talent. Il est dans le top 3 des meilleurs joueurs de l'effectif. Il a toujours été exemplaire. Si sa volonté est de rester, je trouverais ça dommage de le laisser partir. Il apporte.

 

De nombreux supporters stéphanois regrettent le départ de Robert Beric. Partagez-vous le même sentiment ?

Oui, je suis du même avis. Ce n'est peut-être pas un joueur qui rès beau à voir mais il a toujours été efficace. Ce n'est pas le profil que je préfère, mais il marque et c'est ce que l'on demande à un avant-centre. Il n'a jamais été remplacé, ce qui pose problème. C'est le genre d'attaquant qui manque aujourd'hui à ''Sainté'', car il n'y a pas véritablement de buteur dans l'équipe et un point de fixation comme il pouvait l'être. Beric, pour moi, c'est le meilleur finisseur que l'ASSE a eu ces dernières années.

Pour résumer

Amghar (Rumilly) aurait adoré jouer pour l'ASSE, son club de coeur

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS