ASSE – EXCLU BUT ! Jordan Halaïmia : « Etienne Green récolte ce qu'il a semé »
Etienne GreenCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
JEUNES

ASSE – EXCLU BUT ! Jordan Halaïmia : « Etienne Green récolte ce qu'il a semé »

Vainqueur de la Gambardella en 2019 avec les Verts, Jordan Halaïmia évolue aujourd'hui à Andrézieux (National 2). Le défenseur central de 20 ans évoque sa situation personnelle, mais aussi les débuts d'Étienne Green, qu'il connait bien, comme Aïmen Moueffek, et la saison de son grand ami Charles Abi.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur la gestion de l'espoir Bilal Benkhedim

But ! : Jordan, quelle est la situation à Andrézieux ?

Jordan Halaïmia : On continue les entraînements malgré le contexte particulier, on reste motivés. Il y a eu la Coupe de France en février (ndlr : élimination en 1/64e de finale contre Chamalières). Il n'y a toujours pas eu de décision définitive sur le championnat de N2, donc on attend toujours. Mais on fait de bons entraînements en attendant une possible reprise du championnat.

À Andrézieux, vous avez notamment retrouvé Mathis Mezaber, un autre ex-Stéphanois...

Oui, tout à fait. Ça fait toujours plaisir de retrouver des joueurs avec qui on a joué. Après, ce n'était pas le seul que je connaissais dans le groupe. Il y avait beaucoup de monde.

Votre entraîneur, Romain Revelli, a annoncé qu'il quittait le club. Êtes-vous déçu ?

Oui, car c'est par le biais de la direction et du coach que j'ai pu retrouver un club, et ne pas rester sans rien. C'est sûr que ça ne fait pas plaisir de le voir quitter le club et ça aurait été bien qu'il puisse rester. Après, c'est un choix sportif, il doit avoir ses propres raisons.

Cet été, votre souhait est de rester à Andrézieux ou de trouver un autre challenge ?

Honnêtement à l'heure actuelle, c'est un peu flou. On verra en fonction de la reprise ou non du championnat aussi. C'est difficile de se prononcer pour le moment.

En printemps dernier, vous aviez failli signer à l'AC Ajaccio... Que s'était-il passé ?

J'avais fait un essai. Je devais rester dix jours. Le coach Olivier Pantaloni voulait me voir. J'ai commencé les entraînements mais malheureusement j'ai ressenti une douleur et j'ai dû mettre fin à l'essai. Comme ils étaient dans la recherche plutôt rapide d'un défenseur central, je suis rentré chez moi et ils n'ont pas cherché à me revoir par la suite. Ce que je comprends.

Cet épisode n'a-t-il pas été douloureux ?

C'était une déception, oui. Il y avait en plus un bon groupe, avec pas mal de jeunes joueurs. Mais je ne retiens que le positif. C'était malgré tout une bonne expérience.

Vous aviez évoqué l'année passée que l'étranger pouvait également vous attirer. C'est toujours le cas ?

Oui, bien sûr. Ce que je veux avant tout, c'est avoir du temps de jeu, enchaîner les matches, et avoir un entraîneur qui me fasse confiance. Je ne suis pas là à me fermer des portes, ou m'empêcher d'aller quelque part sous prétexte que ce soit à l'étranger.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« Je m'y attendais, mais c'est toujours une déception de ne pas signer un premier contrat pro dans son club formateur »

À terme, l'objectif est de jouer dans le monde professionnel ?

Oui, forcément. C'est un objectif que je me fixe et que j'espère accomplir prochainement.

L'ASSE avait décidé de ne pas vous proposer un contrat professionnel. Comment aviez-vous accueilli la nouvelle ?

Je m'y attendais, mais c'est toujours une déception de ne pas signer un premier contrat pro dans son club formateur. En plus, je suis Stéphanois. Je jouais à l'ASSE depuis l'âge de 9 ans. Ça m'a laissé une pointe d'amertume. Mais il n'y a pas qu'un seul club et la vérité d'un jour n'est pas celle du lendemain. Donc, on ne baisse pas les bras et on travaille !

La victoire en Gambardella restera votre plus beau souvenir sous le maillot vert ?

Oui, bien sûr. Franchement, jouer au Stade de France, ramener toute ma famille à Paris et gagner cette finale, c'était incroyable. Cette victoire en Gambardella restera mon meilleur souvenir à l'ASSE. Ça va bientôt faire deux ans. C'est passé vite !

Suivez-vous toujours les matches des Verts ?

Oui, bien entendu lorsque j'ai le temps, je regarde. Contre Paris par exemple, ce sont toujours des matches intéressants à regarder. Et puis, suivre les matches de l'ASSE me permet aussi de voir jouer certains de mes amis. Ça fait vraiment plaisir de voir mes anciens coéquipiers en équipe première, même s'ils n'y sont pas tous. Je pense à Tyrone (Tormin), à Victor Petit, à Abdoulaye Sidibé. A Baptiste (Gabard).

« Je pense qu'Aïmen n'a pas assez de temps de jeu au milieu de terrain. C'est dommage. Il a pratiquement plus joué latéral et ce n'est pas là qu'il peut le plus se montrer »

De la génération victorieuse en Gambardella, avec quels joueurs êtes-vous le plus en contact ?

Surtout avec Nathan Crémillieux et Charles Abi. C'était vraiment notre trio. Je suis également toujours en contact avec Aïmen Moueffek, Tyron Tormin, et Mathis Mezaber bien sûr, comme on joue ensemble.

Que pensez-vous de la saison de Charles Abi ?

Au début, ce qui lui manquait, c'étaient surtout les stats. Maintenant, il arrive à enchaîner. Il a marqué trois buts et délivré deux passes décisives. C'est bien pour sa confiance.

Contre Nîmes (2-0), Claude Puel l'a aligné sur le côté droit. Est-il plus à l'aise dans l'axe ou sur un côté ?

Quand je l'ai connu à l'époque en U16, il jouait sur un côté et après les entraîneurs l'ont repositionné dans l'axe au fil des années. Je pense qu'il est capable d'être performant dans ces deux positions.

De nombreux supporters estiment qu'Aïmen Moueffek n'est pas assez utilisé. Êtes-vous du même avis ?

Oui, je pense la même chose. Je pense qu'Aïmen n'a pas assez de temps de jeu au milieu de terrain. C'est dommage. Il a pratiquement plus joué latéral et ce n'est pas là qu'il peut le plus se montrer. Je comprends la frustration de certains supporters.

« Etienne, on savait tous qu'il avait des qualités. Mais c'est vrai que je ne m'attendais pas à ce que ça vienne aussi vite »

Êtes-vous surpris des prestations réalisées par Étienne Green ?

Non, je ne suis pas tellement surpris, je suis surtout content pour lui. Etienne était un peu dans l'ombre, mais il a toujours travaillé. Aujourd'hui, il récolte ce qu'il a semé. Etienne, on savait tous qu'il avait des qualités. Mais c'est vrai que je ne m'attendais pas à ce que ça vienne aussi vite, et qu'il le ferait aussi bien surtout. Ça m'arrive de discuter avec lui de temps en temps.

Quels sont ses points forts et points faibles ?

Son principal point fort, c'est sur la ligne. À l'entraînement, lorsque l'on était en jeu réduit, il le prouvait. Son point faible, c'est peut-être le fait qu'il soit un peu introverti. C'est vraiment le gars que l'on ne va pas trop entendre. Mais dans les matches, on l'entend parler sur le terrain, donner de la voix et être rassurant dans ses cages. Donc, je pense qu'il a su mettre ça de côté.

Et ceux de Stefan Bajic ?

J'ai joué quelques matches avec lui en N2 et durant la Gambardella. Ce qui m'a toujours étonné chez Stefan, c'est le fait qu'il soit un acharné du travail. Il travaille énormément son jeu au pied, sur sa ligne... Et il est très rassurant sur le terrain.

Lequel était le plus fort chez les jeunes ?

Stefan a toujours été numéro un, que ce soit en Gambardella et même en N2. Il a toujours été mis en avant alors qu'Étienne était le second choix ou même le troisième derrière Nathan Crémillieux. Donc c'est sûr que l'on n'a pas pu vraiment voir Étienne dans une situation idéale, où il avait la confiance.

Voyez-vous l'un des deux devenir titulaire dès la saison prochaine ?

Oui, je pense. Ils n'ont pas à rougir devant d'autres gardiens. J'espère que le club et le coach vont leur faire confiance. Ils le méritent.