par Raphaël Nouet
MISE AU POINT

ASSE - EXCLU BUT! : l'avocat de Norodom Ravichak brise le silence

Mis en cause par les deux présidents de l'ASSE, et écarté de la course au rachat du club stéphanois, Norodom Ravichak demeure en retrait. Pas son avocat, Maître Carlos Bejarano, qui, pour But!, est revenu dans le détail sur la proposition du prince cambodgien. Instructif et débordant de révélations.

Zapping But! Football Club AS Saint-Etienne : La question de la semaine

Des doutes sur la réelle volonté de vendre de Caiazzo et Romeyer

"La première question que j'ai posée à KPMG, c’est : « Est-ce que les deux présidents sont bien vendeurs ? ». Jérôme De Bontin, lors de l'épisode Peak6, s'était expliqué publiquement. Il avait déjà, à l'époque, rencontré de nombreuses difficultés. Leur tentative de rachat s'était d'ailleurs mal terminée… Ça avait explosé pour des raisons qu'aucune des parties n'a été en mesure d'expliquer clairement. Et il y a eu une autre tentative de reprise ensuite, dont on a très peu parlé, qui a aussi échoué parce que c’était à l’époque de Mediapro. Les deux actionnaires avaient dit que le prix n’était plus le même que lorsque c'était Canal+…Je comprends parfaitement que lorsqu'on est vendeur, on cherche à en tirer le meilleur prix. Mais je ne pense pas qu'on puisse accabler un acheteur qui, de son côté, souhaite en payer le juste prix."

Le projet financier

"Au départ, on voulait uniquement passer par l’Asie. On fait une première proposition à 30 M€ appuyée sur Soteria Capital, qui est un gros fonds d’investissement asiatique. Sauf que KPMG nous retoque. Parce qu’il y a des règles de compliance, notamment sur les transferts d’argent. Aujourd’hui, il n’est quasiment plus possible d’en faire avec des montants importants. Dans notre exemple, KPMG nous a fait comprendre que les banques européennes auraient refusé un virement de 100 M€ de Bank of Asia, qui a pourtant pignon sur rue là-bas. Parce qu’ils ne connaissaient pas forcément la provenance."

Le plan B

"On réfléchit alors à un plan B. Car on a tout : le projet, l’équipe, les capitaux… Je le répète, St-Etienne est dans le cœur du Prince. Il faut chercher une banque européenne pour garantir à la demande de KPMG la provenance des fonds asiatiques. KMPG exige que ce soit l’une des deux ou trois plus grands établissements d’Europe. A ce moment-là, on entre dans les arcanes de la finance. Il faut d’ailleurs bien préciser quelque chose que les gens ne réalisent pas forcément : la manière dont les choses s'organisent. Il faut mobiliser 100 M€, sans être sûr d’acheter. La quadrature n’est pas simple. En gros, on met en place un outil qui permettra d’actionner les 100 M€ en temps voulu. On n’a pas besoin qu’ils soient là, on a besoin de montrer qu’ils seront là. D’où l’idée d’envoyer une confirmation de la Deutsche Bank (copie du mail certifiant que le montant est bien disponible)."

Des accusations infondées

"En septembre, lorsque KPMG nous alerte, il n'est pas question d'accusations. Mais de simple doute. Nous travaillions main dans la main. Nous avons préféré ne prendre aucun risque et avons suivi les préconisations. Nous avons donc abandonné cette piste. C'est pourquoi venir prétendre qu'il y a eu tentative de fraude est parfaitement ridicule et totalement erronée. Puis est venu le communiqué du 8 novembre.. nous sommes tombés des nues !"

Quelle suite à cet épisode ?

" Nous devons nous réunir pour en parler. Mais le Prince est vraiment touché. Moi beaucoup moins car je connais bien le milieu du football. Il faut relativiser. Je sais que l’argent, que la puissance des partenaires est là, que le prince aurait fait un formidable président, charismatique, sincère. S’il y a eu de l’enthousiasme pour son projet, c’est parce que les gens ont senti de la sincérité. Quand il dit que c’est un gâchis, je suis d’accord avec lui. Mais ce n’est pas encore la fin. Il rebondira."

Retrouvez l'entretien complet avec Carlos Bejarano dans le But! Sainté de mercredi prochain.

 

 

Pour résumer

Mis en cause par les deux présidents de l'ASSE, et écarté de la course au rachat du club stéphanois, Norodom Ravichak demeure en retrait. Pas son avocat, Maître Carlos Bejarano, qui, pour But! Sainté, est revenu dans le détail sur la proposition du prince cambodgien. Instructif et débordant de révélations.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet