ASSE – Exclu BUT ! : les Verts, Bouanga, Neyou, son amour pour Sainté...Moravcik en dit plus
Lubomir Moravcik
par Laurent HESS
IDOLE

ASSE – Exclu BUT ! : les Verts, Bouanga, Neyou, son amour pour Sainté...Moravcik en dit plus

A 55 ans, Lubomir Moravcik coule une retraite paisible chez lui, en Slovaquie, à Nitra, où il joue au golf et continue de suivre l'ASSE. Dans un français impeccable, il s'est confié à But « Sainté », pendant près d'une heure, avec beaucoup de gentillesse et une pointe de nostalgie. 3e et dernier extrait.

Zapping But! Football Club ASSE : top 10 des valeurs marchandes des Verts

But : Lubomir, vous suivez toujours les résultats de l'ASSE ?

Lubomir MORAVCIK : Toujours. L'autre jour, j'ai regardé le match contre Nice. C'était à 13h. L'équipe avait fait un bon match, elle méritait de gagner.

Y a-t-il certains joueurs que vous appréciez ?

J'aime bien Bouanga, il est très actif. Il se procure beaucoup d'occasions. Malheureusement, il lui en faut beaucoup pour marquer en ce moment alors que l'an dernier il était plus efficace. Je pense que c'est la confiance. C'est très important pour un attaquant. J'aime bien Neyou aussi. Il est intéressant. Au milieu, il a une belle technique, il arrive à créer des situations. Il a du potentiel.

Le classement de l'équipe vous inquiète ?

Forcément. L'équipe est mal classée et la saison est déjà bien avancée. C'est une saison pénible. Le club a perdu de très bons joueurs ces deux ou trois dernières années et il a été beaucoup touché par le Covid. Le tout, c'est de se maintenir. L'équipe a son destin entre les mains. Si elle gagne un match sur trois, elle ne descendra pas. Mais il faut faire attention. Cette saison me rappelle celle où on était descendus. Tout allait mal. On avait eu une période où on était sortis du trou mais finalement on avait plongé. On était tous un peu perdus. Moralement, c'était dur.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« Saint-Etienne, c'est une région où il fait bon vivre. J'y reviens à chaque fois avec grand plaisir »

Vous êtes resté en contact avec certains joueurs ?

Pas tellement. Un peu avec Gilbert Ceccarelli. Il habite toujours à Saint-Etienne. Quand je reviens, je lui passe un petit coup de fil et on boit le café ensemble.

Vous aviez dit il y a quatre ans, dans une interview, que si vous deviez vivre à nouveau à l'étranger, ce serait à Saint-Etienne. Ce n'est pourtant pas la plus belle ville du monde...

(il sourit) Peut-être pas, même si la campagne stéphanoise est très belle. Mais Saint-Etienne, c'est une région où il fait bon vivre. J'y reviens à chaque fois avec grand plaisir. J'y ai passé dix ans. J'y ai des amis. Les gens sont tellement gentils à Saint-Etienne. Dès que la situation sanitaire le permettra, je vais y retourner. Je me sens chez moi là-bas et ça fait trop longtemps. Ça me manque.