Maurice VincentCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
CRISE

ASSE – Exclu BUT ! : Maurice Vincent (ancien Maire de Saint-Etienne) : « J'espère que l'ASSE suivra l'exemple du RC Lens »

L'ancien maire de Saint-Etienne (de 2008 à 2014) Maurice Vincent (67 ans) s'inquiète de la situation de l'ASSE. Et s'interroge sur sa gestion... Entretien.

Zapping But! Football Club ASSE : retour du public, élément déterminant ?

But ! : Maurice Vincent, Patrick Revelli a dit dans nos colonnes la semaine passée qu'il souhaitait voir Roland Romeyer et Bernard Caiazzo quitter l'ASSE. Partagez-vous son avis ?

Maurice VINCENT : J'ai vu ce que disait Patrick Revelli, et ce qu'ont dit plusieurs autres anciens Verts aussi. Comme tous les supporters, les Stéphanois, je suis très inquiet. Les résultats sont très décevants. La manière aussi. Le niveau de l'équipe, c'est au mieux milieu de tableau de la L2, on l'a compris au bout de quelques matches. C'est navrant. Voir l'ASSE dernière de L2, ça fait mal au cœur. Et il y a une situation financière qui est assez inexplicable.

 

C'est à dire ?

Ecoutez, j'ai quand même du mal à comprendre pourquoi l'ASSE ne dépense plus d'argent pour recruter alors qu'elle satisfait les conditions de la DNCG. Elle n'a pas de restrictions mais elle n'investit plus sur l'achat de bons joueurs. C'est surprenant. Le club a beaucoup vendu, notamment de jeunes joueurs du centre de formation, avec des transferts records pour Saliba, Fofana. Pourquoi n'aurait-il plus d'argent pour recruter ? Il n'y a aucune explication claire et transparente. Cette gestion m'interpelle et je sais que je ne suis pas le seul. Beaucoup de personnes s'interrogent.
 

Vous rejoignez donc Patrick Revelli ?

Oui. Il me semble que Bernard Caiazzo et Roland Romeyer ont fait leur temps. Ils ont un certain âge et Caiazzo est absent depuis longtemps. Mais quand Patrick dit qu'il aimerait voir les actionnaires partir, encore faut-il qu'il y ait quelqu'un pour reprendre le club. Et on peut se demander si c'est encore le cas. Mon inquiétude est à ce niveau. Vu les circonstances, je ne suis pas sûr qu'il y ait des gens pour acheter le club.

 

« L'idéal, ce serait de suivre l'exemple de Lens. Ce club était dans une situation similaire à la nôtre il y a cinq ou six ans et regardez où il est aujourd'hui : il joue les premiers rôles en L1. Son redressement, il le doit à l'arrivée d'un fond de pension qui s'est engagé sur plusieurs années. »
 

Il y a eu des candidats...

Etaient-ils crédibles ? J'avais plus d'informations quand j'étais à la Mairie. Là, c'est difficile de me faire une opinion, je n'ai pas toutes les données. Il me semble tout de même que le projet de Monsieur Markarian était intéressant. C'est un homme qui a réussi dans les affaires, partenaire du club, supporter, de la région. Je n'ai pas compris pourquoi il a été « blackboulé ». Il y avait aussi eu les Américains il y a quatre ou cinq ans, Peak6. Ce sont sans doute des occasions manquées. J'espère qu'un repreneur avisé se manifestera. C'est ce que l'on peut souhaiter, en espérant un peu de lucidité de la part des actionnaires. Il faut qu'ils agissent dans l'intérêt du club. S'il y a un repreneur qui arrive avec une surface financière suffisante pour redresser le club, ils doivent laisser la place.

 

Il risque d'être difficile pour eux de vendre au prix fort...

C'est sûr que si le club descend en National... L'idéal, ce serait de suivre l'exemple de Lens. Ce club était dans une situation similaire à la nôtre il y a cinq ou six ans et regardez où il est aujourd'hui : il joue les premiers rôles en L1. Son redressement, il le doit à l'arrivée d'un fond de pension qui s'est engagé sur plusieurs années. Ce fond là est sérieux. C'est le modèle à suivre pour l'ASSE.

 

Laurent Batlles est en échec, comme Claude Puel l'an dernier...

Est-ce leur faute ? Le problème est plus global. On ne peut pas juger l'action d'un staff s'il n'a pas les moyens de renforcer l'équipe. Puel avait été obligé de vendre Fofana., avec des conséquences terribles. A chaque intersaison depuis le recrutement opéré avec Jean-Louis Gasset, on voit bien que les recrues ne tirent pas l'équipe vers le haut. Quand on ne met pas les moyens... On peut se demander aussi si l'ASSE reste un club attractif. C'est tellement le bazar... La seule satisfaction, c'est le centre de formation. Il sort des joueurs intéressants. Et heureusement !

 

Les supporters sont exemplaires depuis le début de la saison...

La ferveur est toujours là malgré les résultats. C'est remarquable. Evidemment il faut distinguer les supporters qui font la force et la fierté de l'ASSE aux fauteurs de troubles. Ceux-là, ils n'ont rien à faire au stade. Auxerre, c'est inexcusable. Pour l'image, c'est catastrophique. Et ça a coûté 3 points. J'espère qu'ils ne feront pas défaut en fin de saison, et que le sursis ne tombera pas, les 3 autres points.

 

Il n'y a pas que l'ASSE qui met à mal l'image de la Ville...

C'est sûr... Cette affaire de sextape, je n'en parle même pas. C'est à pleurer. Mais pour l'ASSE, je suis vraiment triste et inquiet. Cette situation, c'est terrible. L'ASSE reste pourtant un club avec un vrai potentiel. Il y a les infrastructures, le public, l'image. C'est un club à valoriser. Il mérite tellement mieux. J'espère de tout cœur que quelqu'un viendra et nous aidera à reverdir parce que là, c'est pas possible...

Pour résumer

L'ancien maire de Saint-Etienne (de 2008 à 2014) Maurice Vincent (67 ans) s'inquiète de la situation de l'ASSE. Et s'interroge sur sa gestion..."J'ai quand même du mal à comprendre pourquoi l'ASSE ne dépense plus d'argent pour recruter alors qu'elle satisfait les conditions de la DNCG. Elle n'a pas de restrictions mais elle n'investit plus sur l'achat de bons joueurs. C'est surprenant", glisse-t-il notamment...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS
Podcast Men's Up Life
 

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.