ASSE - EXCLU BUT! : vente des Verts, projets de reprise, calendrier, Adao Carvalho raconte tout
par Benjamin Danet
Témoignage

ASSE - EXCLU BUT! : vente des Verts, projets de reprise, calendrier, Adao Carvalho raconte tout

Actionnaire de l'ASSE, à hauteur de 22% depuis 2004, Adao Carvalho, condamné par la justice et passé par la case prison, s'est vu confisquer ses parts par l'Etat. Ce qui ne l'empêche pas d'être entouré alors que le club est en vente....

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le joli coup Pape Cissé

Pour évoquer l'actualité récente, vous savez que les deux présidents ont récemment annoncé qu'ils souhaitaient vendre l'ASSE ?

Oui....Mais Romeyer et Caïazzo mentent lorsqu'ils disent que eux-seuls peuvent vendre. Une bonne fois pour toutes, et il faut bien le dire aux supporters, leurs parts représentent 68% ! Pas 100%. L'ASSE ne leur appartient pas dans sa totalité. 

Pensez-vous que c'est aussi pour cette raison que l'accord avec les Américains de Peak6, qui devaient racheter le club en 2018, ne s'est pas concrétisé ?

Je n'ai pas de telles informations en ma possession, je ne peux donc pas le confirmer. En revanche, ce que je sais, c'est qu'on demandait à Peak6 près de 60 millions d'euros. Une fois que les comptes ont été épluchés et des audits réalisés au sein du club, Peak6 s'est peut-être, et je dis bien peut-être, rendu compte que l'ASSE avait beaucoup d'emprunts sur le dos ! La valeur de rachat a donc vite baissé. Résultat, ça ne s'est pas fait.

Trouvez-vous normal que Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, si ils vendent l'ASSE, fassent une plus-value sur leurs parts, achetées en 2004 ?

Bien sûr que c'est normal. Je n'ai aucun souci avec ça. Que les deux hommes vendent leurs 68% de parts et qu'ils gagnent de l'argent, ça ne me gêne pas du tout. Mais que Romeyer arrête de profiter de la situation, qu'il arrête de faire comme si je n'existe pas et qu'il arrête de dire que c'est un simple supporter-bénévole. Romeyer touche un salaire mensuel à l'ASSE qui lui est payé par Croissance Foot. C'est avéré ! 

Il se dit aussi que depuis votre sortie de prison, vous recevez beaucoup de coups de téléphone. Que vous rencontrez du monde et que vos 22% de l'ASSE, même confisqués par l'Etat, suscitent certaines convoitises...

Oui, c'est vrai, je vois du monde. Certains me demandent des informations, me présentent leurs projets. On discute, on travaille, on avance. Vous aussi, d'ailleurs, vous m'avez appelé pour qu'on se voit.

Est-il vrai que Jacques Pauly fait partie des gens qui vous ont contacté, lui qui cherche à racheter l'ASSE depuis des années ?

C'est vrai. Je peux même vous dire que Jacques Pauly essaie de racheter mes parts du club depuis 2010. Et je peux aussi vous annoncer qu'un entrepreneur stéphanois, Marc Dias, a également essayé. Dans les deux cas, j'étais d'accord. Mais qui a mis son véto ? Roland Romeyer. 

Pour quelle somme vous ont-ils proposé, à l'époque, de racheter vos 22% ?

Pas loin de 10 millions d'euros. Aujourd'hui, ça vaut moins en raison du Covid, des droits télé et d'un capital joueurs moins important. 

Vous avez rencontré d'autres entrepreneurs à la tête de projets pour l'ASSE ?

Oui. Je vous le redis : je vois beaucoup de monde. Et parmi eux, il y a un projet qui me semble à ce jour costaud, sérieux. Avec de belles intentions et des idées claires. Ceux qui soutiennent ce projet ont beaucoup, beaucoup d'argent.

Ce sont des Français ?

Oui. Mais ils s'appuient sur des fonds étrangers. 

Il se dit aussi que l'ASSE pourrait être rachetée par un pool d'entrepreneurs locaux...

Ce n'est pas possible. Il y a de belles réussites entrepreneuriales dans la région stéphanoise, mais pour racheter l'ASSE, aujourd'hui, et pour être sérieux, il faut 150 Millions d'euros dès la première année. Minimum. Et plus de 250 la seconde. Attention, je parle de projet ambitieux bien entendu. Ce ne pourra pas être un projet stéphanois.

Ces sommes importantes, les gens que vous avez rencontré en disposent ?

Oui. Et les gens avec qui je discute sont tout sauf des amateurs. Je peux tout de même vous faire une petite confidence : il y a parmi eux d'anciens footballeurs....

Adao Carvalho pourrait donc rester à l'ASSE dans les prochains mois ?

On n'en est pas là ! Déjà, et au sujet de mes parts, je ne sais absolument pas ce qui sera décidé par la justice. Mes 22% seront peut-être vendus et je ne toucherai rien, je ne sais pas. Peut-être vais-je les récupérer, on verra. Je ne me prononce plus sur la justice.

Et si vous étiez associé à un projet de reprise ?

Je ne m'interdis rien. Mon histoire avec les Verts n'est peut-être pas terminée...

L'ASSE vendue dans les prochaines semaines, c'est possible ?

Non. Pas avant plusieurs mois, au minimum. Et peut-être même l'année prochaine. Avec le Covid-19, l'absence des droits TV et les résultats des Verts, il y a plusieurs dizaines de millions d'euros de dettes. Lorsque d'éventuels repreneurs vont arriver et voir les comptes, ça pourrait en refroidir certains....

Pour résumer

Actionnaire de l'ASSE, à hauteur de 22% depuis 2004, Adao Carvalho, condamné par la justice et passé par la case prison, s'est vu confisquer ses parts par l'Etat.

Benjamin Danet
Rédacteur
Benjamin Danet