ASSE, FC Nantes, OL, OM, PSG : les joueurs vont payer la note du scandale Mediapro
Caméra à Geoffroy-GuichardCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
NÉGOCIATIONS EN VUE

ASSE, FC Nantes, OL, OM, PSG : les joueurs vont payer la note du scandale Mediapro

Les présidents de clubs de L1 vont négocier avec le syndicat des joueurs pour une baisse généralisée des salaires, conséquence de la crise financière dans laquelle le football français est plongé à cause du retrait de Mediapro.

Ce matin sur France Bleu, le président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud, expliquait combien la situation des clubs de L1 était critique à cause du scandale de Mediapro. Il assure que les droits TV pèsent pour 65% du budget des pensionnaires de l'élite. Et qu'une renégociation à la baisse de Canal+ aurait forcément des conséquences fâcheuses. Eyraud espérait que la LFP trouverait une solution pour sortir de l'ornière. L'Equipe vient d'annoncer que les présidents de l'élite exploraient une piste…

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

Une baisse généralisée des salaires jusqu'en 2024

Et elle ne risque pas de plaire aux joueurs. En effet, selon L'Equipe, quatre présidents, Jean-Michel Aulas (OL), Marc Keller (Strasbourg), Jean-Pierre Caillot (Reims) et Loïc Féry (Lorient), vont être chargés de négocier avec le syndicat des joueurs (UNFP) un accord pour que les joueurs acceptent une baisse de salaire généralisée ! "La bulle du football a permis le développement des rémunérations des joueurs, elle a profité à l'arbitrage... Aujourd'hui, on traverse une crise durable, avec des droits télé qui vont être négociés à la baisse sur plusieurs années. Il est normal de réfléchir à ce qui peut être fait", a déclaré Caillot au quotidien.

L'idée serait que cette baisse généralisée soit élargie jusqu'en 2024, année de la fin du contrat négocié avec Mediapro. Le co-président de l'UNFP, Philippe Piat, a déclaré à L'Equipe : "La situation des clubs est grave. Nous sommes conscients des problèmes. Nous le dirons aux joueurs, mais ce sont eux qui décideront". Bref, c'est pas gagné…