ASSE – INFO BUT! : Pourquoi une vente de l'ASSE cet été n'est pas à envisager
Roland Romeyer et Bernard CaiazzoCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
AVENIR

ASSE – INFO BUT! : Pourquoi une vente de l'ASSE cet été n'est pas à envisager

Les dirigeants stéphanois considèrent eux-mêmes qu'une vente de l'ASSE cet été n'est guère envisageable voire impossible... Explications.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur Denis Bouanga

Invité par Roland Romeyer et l'ASSE à L'Etrat jeudi dernier, RMC a fait des révélations sur le projet de vente de l'ASSE dans la foulée. Selon le média, un fonds d’Asie du Sud qui avait pris contact dès juillet 2020 est revenu à la charge. « Une rencontre en présentiel avec les représentants en France de ce fonds, qui rassemble des fortunes – ticket d’entrée dans ce fonds, 30 millions d’euros - a eu lieu en novembre dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Après un ralentissement du dossier au début de l’année 2021, dans les dernières semaines, c’est le cabinet d’audit KPMG qui reprend contact ces derniers jours avec ce fonds pour rentrer dans le détail et "sonder" la valeur de ce potentiel repreneur », précise RMC. Qui ajoute : « Pour ce fonds, intéressé à créer en Europe, un réseau de plusieurs clubs, la date limite d’achat dans ce dossier, c’est le 30 juin 2021. Une somme d’une centaine de millions étalée sur 5 ans est évoquée pour acheter, épurer les dettes et remettre de l’argent pour repartir. »

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

De nombreuses étapes à respecter

Mais de sources proches du dossier, la vente de l'ASSE est encore bien loin d'être actée. Elle nécessitera beaucoup plus de temps et a très peu de chances d'aboutir avant la fin de l'année 2021. Le process est très long, il y a de nombreuses étapes à passer, une sélection des candidats à opérer, des audits à réaliser, et beaucoup de critères à respecter pour que la DNCG, refroidie par le cas King Street à Bordeaux, valide la vente.

De plus, concernant le projet évoqué par RMC, l'intérêt du fonds asiatique resterait encore très flou aux yeux des dirigeants, qui doivent composer avec des intermédiaires aux discours divergents sur la provenance des dits fonds.

Le timing n'est pas bon

Enfin, alors que l'ASSE termine sa saison sur une bone note et que Claude Puel, sous contrat jusqu'en 2022, comme son adjoint Jacky Bonnevay, travaille déjà sur le Mercato, le timing ne se prête guère à une vente dès cet été. La direction estime qu'il faut laisser le manager général poursuivre ses travaux de reconstruction.

La priorité, aujourd'hui, est de préparer le passage devant la DNCG en juin, avec une échéance à dix jours pour envoyer les documents aux instances, le budget à préparer, etc... Et comme révélé hier, il ne faut s'attendre qu'à une annonce au 1er juillet : le passage de témoin entre Roland Romeyer, qui souhaite prendre du recul tout en conservant ses actions, et Jean-François Soucasse.

 

Pour résumer

Une vente de l'ASSE au 1er juillet ? On n'en prend pas vraiment le chemin...

Laurent HESS
Article écrit par Laurent HESS