ASSE - INFO BUT! : rachat, projet, noms, ce que vont annoncer Laurent Roussey et Jacques Pauly
Credit Photo - ICON SPORT
par Benjamin Danet
Avenir des Verts

ASSE - INFO BUT! : rachat, projet, noms, ce que vont annoncer Laurent Roussey et Jacques Pauly

Demain jeudi, l'un des projets de rachats de l'ASSE, porté par Jacques Pauly et Laurent Roussey, sera une fois encore exposé face aux médias. Avec, cette fois, de l'ambition et une stratégie assez claire pour reprendre le club stéphanois dans les prochaines semaines.

Zapping But! Football Club ASSE : les meilleures déclarations de l'année 2020

On l'a dit et redit sur ce site : le projet de reprise de l'ASSE porté par Jacques Pauly et Laurent Roussey n'est guère en pole position à ce jour. Et ce pour deux raisons évidentes. La première, et sans doute la plus importante, l'aversion de l'actuel président des Verts, Roland Romeyer, pour Jacques Pauly, les deux hommes ayant négocié, il y a bien longtemps déjà (2009), le rachat des parts de Romeyer à l'ASSE. La transaction ne s'est jamais faite et Pauly estime même que l'argent déposé (400 millions d'euros tout de même...) sur un compte d'une banque de la région stéphanoise (Aurec-sur-Loire) a disparu. On imagine donc assez mal Romeyer, qui pourra vendre à qui bon lui semble en accord avec Bernard Caïazzo, céder ses parts à un tandem qu'il ne porte pas dans son coeur. 

Autre argument qui ne plaide pas en faveur d'un programme mondial baptisé X3 France, le manque de lisibilité. Quels sont les fonds ? D'où viennent-ils ? Quels investisseurs soutiennent Jacques Pauly et Laurent Roussey ? A cette heure, bien difficile d'en savoir plus. En revanche, nous sommes en mesure de vous dévoiler le plan d'action prévu par les deux hommes.

En premier lieu, et l'intéressé pourrait être présent demain à la conférence de presse, Adao Carvalho, qui détient 22% des parts de l'ASSE, a décidé de rejoindre le projet Pauly. Comme vous le savez, sans doute, les parts de Carvalho ont été confisquées par l'AGRASC (Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués) en 2016, un organisme d'Etat qui dépend du Ministère de la Justice. L'équipe Pauly est déjà en contacts avec l'AGRASC et devrait même formuler une offre de rachat de l'ordre de 5 millions d'euros. Ce montant étant quatre fois supérieur à la valeur initiale des parts, l'AGRASC pourrait donner son feu vert. Surtout que la volonté de Carvalho de vendre à Pauly et Roussey pourrait être prise en compte par l'organisme d'état.

En attendant que ce premier dossier se concrétise, l'équipe réunie autour de Jacques Pauly s'est efforcée de préparer un organigramme. On sait, déjà, que Philippe Perret, ancien dirigeant d'une société suisse (PHP Santé SA), en fera partie. Potentiellement en qualité de président délégué. On sait également que Laurent Roussey, qui lui sera manager général de l'ASSE en cas de rachat du club, a déjà deux noms susceptibles de remplacer Claude Puel sur le banc de touche. Dont un élément qui, dans le passé, a évolué sous es ordres. En tous cas, et c'est également une évidence, le Castrais ne sera pas conservé par le projet Pauly-Roussey. 

Demain, lors de la conférence de presse, Laurent Roussey ne devrait pas divulguer de noms. Estimant qu'il ne peut mettre en porte à faux des techniciens actuellement en poste. En revanche, et il ne manquera sans doute pas d'être interrogé à ce sujet par les journalistes, Jacques Pauly devrait donner davantage de précisions sur son budget global alloué à la reprise de l'ASSE. Lui qui estime que 100 millions d'euros pour le rachat des Verts n'est pas du tout suffisant et promet déjà davantage.

Charge à lui d'être convaincant. Surtout, et on le rappelle, de convaincre par la suite Roland Romeyer, ce qui sera une toute autre paire de manches...

 

 

ASSE - INFO But! : ce que vont dire Roussey et Pauly

Demain jeudi, l'un des projets de rachats de l'ASSE, porté par Jacques Pauly et Laurent Roussey, sera une fois encore face aux médias. Avec, cette fois, de l'ambition et une stratégie assez claire pour reprendre le club stéphanois dans les prochaines semaines.

Benjamin Danet
Rédacteur
Benjamin Danet