Claude Puel
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
DROIT DANS LE MUR

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « La menace se précise, et pas seulement pour Puel »

L'ASSE s'est encore un peu plus enfoncée hier en s'inclinant lourdement à Strasbourg (1-5). Une défaite qui fragilise à nouveau Claude Puel...

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur Denis Bouanga

« Il y a beaucoup de sérieux, des entraînements de qualité. C'est difficile à avaler. Ce n'est pas une question de savoir si les joueurs ont lâché l'entraîneur ou pas. Ce sont des professionnels et ils donnent tout » : voilà ce qu'a commenté Claude Puel hier après la lourde défaite de l'ASSE à Strasbourg. Sa 6e défaite en 10 journées de championnat. Avec 4 points, les Verts ont consolidé leur dernière place au classement. Toujours à la recherche de leur premier succès de la saison, les voilà désormais 20e attaque et 20e défense de L1. La totale ! Et dans ce marasme ambiant, dans cette descente aux enfers, qui pour taper du poing sur la table ? Personne, en tout cas jusqu'ici...

On n'entend ni Soucasse, ni Romeyer, ni Caiazzo...

Depuis sa prise de fonctions cet hiver, Jean-François Soucasse, président exécutif du club, est d'une grande discrétion, lui qui n'a toujours pas été présenté officiellement et qui tressait Claude Puel de lauriers il y a encore quinze jours en affirmant dans Vestiaires que le Castrais était « le coach idoine pour le projet du club ». Un projet pourtant mort-né depuis longtemps. Quant à Roland Romeyer, il a pris du recul, et Bernard Caiazzo suit ce parcours cataclysmique d'encore plus loin. Un parcours de relégable. Puel avait dit en début de saison qu'il faudrait attendre la 10e journée pour savoir l'objectif de l'ASSE cette saison, mais on a compris depuis longtemps, déjà, que cette équipe là ne pourrait jouer que le maintien. Après un derby encourageant, les Verts sont vite retombés dans leurs travers à la Meinau.

… mais il va bien falloir que la direction prenne des décisions

En manque d'agressivité, de technique, de fonds de jeu, ils ont pris l'eau, avec une défense aux abois, comme souvent. Complètement dépassés, les Verts... On veut bien croire Puel quand il affirme que ses joueurs donnent tout, mais c'est dire le niveau ! La suite, c'est Angers, vendredi soir, dans un stade Geoffroy-Guichard où l'accueil promet d'être chaud puisque les supporters présents à la Meinau ont quitté leur parcage bien avant la fin du match. Il ne serait pas étonnant que les Ultras s'invitent à L'Etrat cette semaine ou que des banderoles fleurissent à nouveau aux abords du centre d'entraînement ou de Geoffroy-Guichard. Le derby avait calmé la colère du peuple vert après les revendications du Chaudron lors de la défaite face à Nice (0-3). Mais après Strasbourg, il faut s'attendre à ce que celles-ci se fassent plus vives. Et peut-être à ce que des décisions soient prises, en haut lieu, même si la tendance ce lundi était à un ultime sursis pour Puel. Comme les dirigeants ne peuvent pas se virer eux-mêmes, l'ancien monégasque est à nouveau en première ligne. Il l'était déjà après Nice mais il l'est encore plus après Strasbourg. Et il ne pourra sans doute pas être sauvé éternellement par ses émoluments. Car une descente en L2 coûterait beaucoup plus cher que son licenciement...

Pour résumer

Après Strasbourg, il faut s'attendre à ce que les revendications des supporters se fassent plus vives. Et peut-être à ce que des décisions soient prises, en haut lieu, même si la tendance ce lundi est à un ultime sursis pour Puel. Comme les dirigeants ne peuvent pas se virer eux-mêmes, l'ancien monégasque est à nouveau en première ligne. Il l'était déjà après Nice mais il l'est encore plus après Strasbourg. Et il ne pourra sans doute pas être sauvé éternellement par ses émoluments.

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS