ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Les anciens ont sonné la révolte »
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
APRES-MATCH

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Les anciens ont sonné la révolte »

L'ASSE a mis un terme à sa série de défaites, contre Lille (1-1). Avec une équipe plus mâture que ces dernières semaines...

« Sortez vous les doigts » : tel était le message des Magic Fans, dans leur kop nord, via une banderole, hier soir. L'ASSE n'en menait pas large avant d'accueillir Lille, après sa déroute à Brest (1-4). Et son match nul face aux Dogues a des allures de victoire puisqu'il met fin à une série de 7 défaites consécutives. Claude Puel a expliqué que ce point n'était pas un soulagement, mais les Verts s'en contentent forcément, surtout qu'ils ont terriblement souffert en fin de match, quand Christophe Galtier s'est décidé à faire entrer Yusuf Yazici, Jonathan Bamba et Jonathan David.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Des Verts enfin plus cohérents et combatifs

Résolument positif, Puel a soutenu qu'il avait apprécié la cohérence de son équipe en première mi-temps et sa combativité en seconde. « Il y a beaucoup de points positifs, de bons enseignements à tirer de cette rencontre », a-t-il dit. Le premier d'entre eux, même si Puel a refusé après le match de faire des distinctions entre ses jeunes et ses cadres, c'est que l'ASSE a stoppé l'hémorragie avec un 11 plus expérimenté que lors des matches précédents. Le retour de Mathieu Debuchy a fait du bien.

Debuchy a fait du bien, les anciens bannis aussi

L'ancien lillois, qui peut remercier M. Bastien de ne pas l'avoir expulsé (tout comme Yvan Neyou), a apporté cet état d'esprit guerrier, ce supplément d'âme qui faisait défaut ces derniers temps. Et à ses côtés, on aura noté les bonnes prestations de Miguel Trauco, de Wahbi Khazri, auteur de son premier but depuis le mois de janvier, sur un penalty (contesté par Galtier et ses joueurs) qu'il avait lui-même obtenu, ainsi que la bonne entrée en jeu d'un autre ancien banni, Ryad Boudebouz.

C'est donc sans Adil Aouchiche, porte drapeau du projet de Puel, laissé sur le banc, comme Charles Abi et Maxence Rivera, et sans Aimen Moueffek, resté en tribune, que l'ASSE est enfin parvenue à prendre un point. Mais on n'en déduira pas pour autant que les «anciens » ont repris le pouvoir, et encore moins que les Verts sont guéris. Car Lille n'a joué qu'une mi-temps hier soir, et parce que dimanche prochain se profile un match ô combien important, et périlleux, à Dijon, la lanterne rouge, qui vient de remporter son premier match de la saison à Nice (3-1)...