ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Les Verts, c'est une seule victoire lors des 16 derniers matches ! »
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
APRES-MATCH

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Les Verts, c'est une seule victoire lors des 16 derniers matches ! »

La série d'invincibilité de l'ASSE s'est brutalement arrêtée hier soir à Reims (1-3). Avec une 16e place à la clé à l'issue de la phase aller...

L'ASSE avait livré un bon match contre le PSG (1-1) pour débuter l'année 2021, face à des Parisiens amoindris par l'absence de neuf joueurs pour la première de Mauricio Pochettino et qui avaient repris l'entraînement quatre jours plus tôt. Mais elle n'a pas réussi à enchaîner à Reims. Incapables de battre Dijon (0-0) quelques jours plus tôt, les Rémois se sont facilement imposés (3-1) et ils en ont profité pour passer devant les Verts au classement. A l'issue de la phase aller, l'ASSE est 16e. Elle compte 19 points en 19 matches et n'a que 5 points d'avance sur l'actuel barragiste, Dijon.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

1 point par match, Puel tourne à la même moyenne que Printant

Cette première partie de saison est facile à résumer. Il y avait d'abord eu une super entame avec 3 victoires lors des 3 premières journées. Mais tout s'est compliqué peu après, avec le transfert record de Wesley Fofana à Leicester et des blessures à la pelle. Après s'être fait rejoindre à Nantes (2-2), les Verts ont enchaîné 7 défaites consécutives. Une hémorragie qu'ils ont stoppée en fin d'année, quand Claude Puel a pu enregistrer le retour des blessés (Debuchy, Nordin notamment) et qu'il s'est décidé à ressortir certains joueurs du placard (Boudebouz, Trauco) afin d'apporter plus d'expérience à une équipe qui en manquait cruellement. Mais l'embellie n'aura pas été très fructueuse et avec cette défaite à Reims, l'ASSE, depuis ses 7 défaites consécutives, reste finalement sur 1 victoire, 6 nuls et 1 défaite lors de ses 8 derniers matches. Sur ses 16 dernières rencontres, elle ne s'est imposée qu'à Bordeaux (2-1) et tourne depuis le début de la saison à 1 point par match. C'était son rythme en début de saison dernière avec Ghislain Printant, vite remercié par les dirigeants stéphanois.

A Reims, ce n'était pas que la faute de M. Batta...

Avec son contrat béton, Puel bénéficie de plus de clémence. Le duo Romeyer-Caiazzo lui a donné les clés du camion et ses finances ne lui permettront pas de changer à nouveau de direction, même s'il est de plus en plus question d'un départ de Xavier Thuilot, le bras droit de Puel, dans le viseur de Romeyer. Les présidents restent muets depuis l'été. Mais forcément, ils sont tristes et déçus des résultats, de la tournure des événements. Et se sentent impuissants et inquiets, aussi, comme le sont les supporters.

A Reims, Puel a ciblé l'arbitrage de M. Batta, Mathieu Debuchy aussi. L'arbitre a effectivement oublié un penalty assez évident sur le capitaine des Verts en début de deuxième mi-temps. Mais difficile de lui coller sur le dos les largesses défensives de l'ASSE, son inefficacité offensive, la présence au coup d'envoi de Retsos, qui a rechuté de sa pubalgie, l'absence d'Hamouma, meilleur Vert contre Paris, le retour au 4-2-3-1 avec Bouanga avant-centre, alors que le 4-4-2 avait plutôt bien fonctionné ces derniers temps, l'incapacité de Boudebouz à peser autrement que par ses coups de pied arrêtés, etc... Si certains ont vu les Verts plus beaux qu'ils ne l'étaient après une série d'invincibilité où ils n'avaient été capables de battre ni Angers (0-0), ni Dijon (0-0), ni Nîmes (2-2), ni Monaco (2-2) à onze contre dix pendant plus d'une mi-temps, les voilà revenus à une triste réalité. Avant d'aller défier Strasbourg à la Meineau et de recevoir Lyon lors des deux prochaines journées.