ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Les Verts y étaient presque ! »
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
APRES-MATCH

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Les Verts y étaient presque ! »

Les Verts ont mené à Paris, ils ont égalisé puis craqué sur le fil, à la dernière seconde du temps additionnel. Il y avait pourtant la place pour ramener quelque chose du Parc...

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur la gestion de l'espoir Bilal Benkhedim

C'est sans son gardien Keylor Navas, ni Neymar, Marquinhos, Gueye, Paredes, Diallo et Bernat, que le PSG recevait l'ASSE hier. Une hécatombe qui laissait espérer un exploit des Verts, sur une bonne dynamique après leurs victoires à Nîmes (2-0) et face à Bordeaux (4-1). « On va jouer Paris et Lille. On espère être les arbitres de la course au titre », avait glissé Claude Puel avant la rencontre. Après avoir accroché le PSG à l'aller, en janvier (1-1), et lui avoir tenu tête en finale de Coupe de France en juillet dernier malgré l'expulsion prématurée de Loïc Perrin (0-1), l'ASSE sera passée cette fois tout près d'un « exploit », mais après avoir mené grâce à un contre conclue par Denis Bouanga, puis égalisé dans le temps additionnel par Romain Hamouma, Mauro Icardi a arraché la victoire pour les Parisiens sur la dernière action de la partie. Rageant !

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Le coup tactique de Puel a failli fonctionner… mais à Pochettino le coaching gagnant

Alors que le 4-3-3 avait très bien fonctionné lors des deux rencontres précédentes, Puel avait mis en place au Parc un 4-4-2 avec le duo Hamouma-Khazri en attaque et les titularisations de Kévin Monnet-Paquet et Zaydou Youssouf pour aider Mathieu Debuchy et Miguel Trauco à verrouiller les couloirs. Un dispositif qui a bien fonctionné en première mi-temps même si les Verts n'ont pas inquiété Sergio Rico et qu'Etienne Green a été sauvé par son poteau sur un coup franc de Rafinha. Costauds, puis plus offensifs au retour des vestiaires avec les entrées de Bouanga et Arnaud Nordin sur les côtés, les Verts n'auront pas démérité mais leurs relâchements après leurs deux buts ont été fatales.

Des relâchements qui gâchent tout

Avec 5 buts inscrits dans le dernier quart d'heure, le scénario de la rencontre a été fou. On notera qu'il y avait 0-0 à la sortie sur blessure de Debuchy. Mais aussi qu'Harold Moukoudi a été impliqué sur les deux premiers buts parisiens, le deuxième consécutif à une sortie mal maîtrisée de Green, encore sauvé deux fois par ses montants au Parc. Ce qui n'aura pas suffi face à un PSG très amoindri qui peut (encore) remercier Kylian Mbappé, auteur d'un doublé, mais aussi Icardi et Di Maria, passeur décisif sur le but victorieux de l'Argentin. Icardi et Di Maria, deux joueurs remplaçants au coup d'envoi. Coaching gagnant pour Pochettino, donc... Mais si le foot peut être parfois vraiment cruel, Puel veut retirer le positif de la prestation de ses troupes : « Il y a beaucoup de regrets et de frustration après un tel match mais il faut en tirer les conclusions et avancer. Il y a de bonnes choses sur cette fin de saison, individuellement et collectivement », a-t-il commenté hier.