Julien Sablé
Julien SabléCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
APRES-MATCH

ASSE - L'analyse de Laurent Hess : « Pas d'effet Sablé, le mal est plus profond »

Julien Sablé était sur le banc à la place de Claude Puel hier à Reims mais cela n'a pas empêché l'ASSE de concéder sa 10e défaite de la saison. En étant encore désespérante de nullité.

Zapping But! Football Club AS Saint-Etienne : La question de la semaine

« Ce n'est pas un changement d'entraîneur, un changement de système, ou une semaine d'entraînement... Le mal est plus profond » : voilà les commentaires de Julien Sablé, « très triste », après la défaite concédée par l'ASSE hier soir à Reims (0-2). Un Julien Sablé qui a ajouté : « On est en convalescence ». Mais au risque de contredire l'ancien capitaine stéphanois, ce n'est pas une équipe convalescente qui s'est inclinée en Champagne, mais plutôt une équipe malade, et même très malade... On espérait un choc psychologique après le départ de Claude Puel mais il n'a pas eu lieu. Incapables d'adresser le moindre tir cadré et de se faire trois passes de suite, très fébriles défensivement, les Verts ont été une fois encore d'une rare faiblesse. Et comme souvent, ils se sont sabordés. Deux fois plutôt qu'une, même, avec pour commencer un penalty bêtement concédé par Etienne Green sur l'ouverture du score rémoise, et dans la foulée une expulsion encore plus bête de Denis Bouanga, coupable d'un geste d'humeur sur Kebbal.

Même Khazri et Boudebouz n'y arrivent plus

A dix contre onze pendant toute la deuxième mi-temps, les Verts ont cédé une seconde fois, sur la fin. Mais le match était plié depuis longtemps. « On se met des bâtons dans les roues. Il va falloir se remettre au travail. On est en grand danger. On doit faire mieux. Il faut prendre des points », a commenté un Wahbi Khazri dépité après la rencontre. Esseulé en pointe, le Tunisien promu capitaine, n'a pas du tout pesé sur la rencontre, mis sous l'éteignoir par la défense rémoise. Autre homme fort de l'ASSE ces dernières semaines, Ryad Boudebouz est rentré dans le rang lui aussi, comme gagné par la médiocrité ambiante. Pas un pour rattraper l'autre dans cette équipe ! Sablé avait décidé de mettre les joueurs les plus expérimentés sur le terrain, y compris le pauvre Gabriel Silva, mais les Verts ont encore une fois repoussé les limites du néant. Solidement accrochés à la dernière place de la L1, ils n'ont pas dû faire peur à leurs prochains adversaires : les Lyonnais de La Duchère (N2), qu'ils iront défier le week-end prochain en Coupe de France. Leurs supporters, eux, s'inquiètent de plus en plus pour le maintien et ne savent plus à quel saint se vouer, ni à quel coach. On a beau chercher un motif de satisfaction, un point positif... Le seul, c'est peut-être le classement, car l'ASSE n'est pas si larguée que ça malgré ses 12 points en 18 journées. Incroyable, vu son niveau pathétique.

 

Pour résumer

« On se met des bâtons dans les roues. Il va falloir se remettre au travail. On est en grand danger. On doit faire mieux. Il faut prendre des points », a commenté un Wahbi Khazri dépité hier après la nouvelle défaite des Verts à Reims.

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS