Pascal Dupraz
Pascal DuprazCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
MISERE, MISERE...

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Pas d'exploit à Rennes, Dupraz prêt à mourir avec ses idées »

L'ASSE s'est logiquement inclinée à Rennes (0-2). Où Pascal Dupraz n'a pas dérogé à ses idées, jusqu'au coup de sifflet final...

Zapping But! Football Club AS Saint-Etienne : Les verts préparent-ils le mercato d'été ?

Il n'y a pas eu d'exploit de l'ASSE hier soir à Rennes. Comme on pouvait s'y attendre, les Verts se sont inclinés au Roazhon Park (0-2), sur deux buts de Lovro Majer, meilleur joueur sur le terrain. Chez des Rennais qui avaient cartonné tous les autres mal classés, et qui s'étaient imposés 5-0 dans le Chaudron à l'aller pour la « der » de Claude Puel, les Verts n'ont pas pris l'eau et Pascal Dupraz n'a pas manqué de le relever après la rencontre. « Il y a eu une meilleure assise défensive ». Sans Khazri, Boudebouz et Hamouma, blessés, le coach stéphanois avait encore pris le parti de « mettre le bus » avec une défense à cinq autour de la charnière Mangala-Moukoudi-Nadé.

A cinq derrière jusqu'au bout, avec un Mangala dans tous les mauvais coups

Un système que Dupraz a conservé jusqu'au bout, sortant même Adil Aouchiche, son élément le plus dangereux hier soir, pour le remplacer par Zaydou Youssouf. Un coaching dénué de toute prise de risques qui laisse à penser que l'objectif pour Dupraz était peut-être plus de ne pas prendre trop de buts que de tenter d'égaliser, afin de soigner le goal average... Un Dupraz fidèle à ses idées, donc, lui qui considère que l'ASSE « ne peut pas jouer à quatre défenseurs », et fidèle à ses hommes, aussi, en particulier à Eliaquim Mangala. Bien que très loin du niveau qui avait été le sien lorsqu'il était international, l'ancien Cityzen, capitaine au Roazhon Park, a été une nouvelle fois terriblement emprunté. Et ses errements ont coûté cher, avec un mauvais renvoi de la tête sur l'ouverture du score rennaise et un tacle raté sur le second but breton. Pendant que Kolo est resté sur le banc, et alors que le jeune Bakayoko a marqué avec la réserve, les prestations de Mangala ne sont vraiment pas de nature à rassurer avant les trois derniers matches de la saison. De toute évidence, Rennes, en maitrise, n'a guère eu à forcer son talent pour s'imposer. « On a fait le job », a noté Martin Terrier. Et les Verts, eux, sont encore apparus aussi fébriles qu'inoffensifs... « Le but rennais juste avant la mi-temps nous a tués. C'est dur de revenir contre une équipe comme ça », a expliqué Denis Bouanga. Un aveu d'impuissance terrible, alors qu'il restait quand même une mi-temps à jouer après l'ouverture du score de Majer. Quels que soient les résultats de ses concurrents directs, l'ASSE sera toujours 18e à l'issue de cette 35e journée après cette défaite on ne peut plus logique. Avec un encéphalogramme de plus en plus plat... Ce qui n'empêche pas Dupraz, passablement agacé par certaines questions hier soir, de rester «très optimiste»...

Pour résumer

L'ASSE s'est logiquement inclinée à Rennes (0-2). Où Pascal Dupraz n'a pas dérogé à ses idées, évoluant avec une charnière à trois jusqu'au coup de sifflet final. Et avec un Eliaquim Mangala encore une fois dépassé, impliqué sur les deux buts de Majer...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.