Laurent Batlles
Laurent BatllesCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
ILS COULENT, ILS COULENT...

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Plombés par l'arbitrage et leurs recrues, les Verts sont en grand danger »

L'ASSE a subi la plus lourde défaite à domicile de son histoire hier contre Le Havre (0-6), en terminant la rencontre à 8 contre 11. Difficile de l'imaginer jouer autre chose que le maintien vu son début de saison...

Zapping But! Football Club ASSE : La stratégie de Batlles est-elle la bonne ?

Même si Le Havre n'avait pas connu la victoire lors des trois premières journées de L2, Laurent Batlles se méfiait de l'équipe normande, qu'il avait annoncée talentueuse et joueuse. Ce que la formation de Luka Elsner a confirmé samedi après-midi en infligeant à l'ASSE une défaite historique, la plus lourde du club forézien à domicile, depuis sa création. Ce 6-0 est d'abord le fruit de l'arbitrage très controversé de M. Letexier, qui a expulsé tour à tour Anthony Briançon, Mathieu Cafaro et Etienne Green. Mais selon Batlles, seule l'expulsion de Cafaro, pour un geste d'humeur largement amplifié, n'était pas méritée. Pas question pour le nouveau coach des Verts de se chercher des excuses, donc, ou de fuir ses responsabilités...

Batlles annonce du changement, il en faudra pour qu'il ne se brûle pas les ailes !

Après la déroute, l'ancien troyen a fustigé l'état d'esprit de ses joueurs, déplorant un certain « manque d'envie », et il a annoncé que son équipe serait moins joueuse à l'avenir, mais plus combative. Contre Le Havre, ses manquements ont été très inquiétants. Collectivement, l'ASSE, même à 11 contre 11, est apparue bien moins armée techniquement et athlétiquement que le HAC. Et individuellement, à l'exception de Victor Lobry, actif, du pauvre Jean-Philippe Krasso, beaucoup trop isolé en attaque, et du jeune Benjamin Bouchouari, auteur d'une bonne entrée, il y a eu de vraies faillites. Celle des cadres en particulier, et notamment des recrues. On pense à Briançon et Cafaro, mais aussi à Jimmy Giraudon. Lenny Pintor n'a pas convaincu lui non plus, loin de là, et la sortie kamikaze qui a valu à Green de laisser ses coéquipiers à 8 relance le débat sur sa capacité à assumer son statut de gardien numéro 1 (l'ASSE a réactivé la piste Mathieu Dreyer, évoquée dans nos colonnes en juin). Une certitude : en encaissant 6 buts en une mi-temps, les Verts se sont ridiculisés. Ils ont sombré et conforté leur place de lanterne rouge. Scotchés à -1 point après quatre journées, ils ne décollent toujours pas, bien au contraire. Au point que l'on se demande déjà comment ils vont pouvoir jouer autre chose que le maintien avec cette équipe-là, si elle n'est pas renforcée de manière significative lors des derniers jours du Mercato. Et dans cette optique, pas sûr que le 6-0 aide Loïc Perrin et le board forézien dans les négociations, ni qu'il encourage les joueurs pistés à signer. Quant à Batlles, il a du pain sur la planche, bien sûr, et beaucoup plus que ce qu'il avait pu imaginer. En espérant que son retour chez les Verts, qui en ont plombé plus d'un ces derniers temps, ne lui brûle pas les ailes...

 

Pour résumer

Collectivement, l'ASSE, même à 11 contre 11, est apparue bien moins armée techniquement et athlétiquement que le HAC. Et individuellement, à l'exception de Victor Lobry, actif, du pauvre Jean-Philippe Krasso, beaucoup trop isolé en attaque, et du jeune Benjamin Bouchouari, auteur d'une bonne entrée, il y a eu de vraies faillites. Celle des cadres en particulier, et notamment des recrues...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS
Podcast Men's Up Life
 

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.