ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Un derby ça ne se joue pas, ça se gagne ! »
L'OL qui fête sa victoire dans le derbyCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
APRES-MATCH

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Un derby ça ne se joue pas, ça se gagne ! »

L'ASSE a fini par perdre un derby qu'elle semblait bien partie pour gagner, dimanche soir à Lyon (1-2). Il y a eu du mieux dans le jeu, mais ça n'a pas suffi, face à des Lyonnais d'abord absents puis renversants...

Claude Puel avait surpris son monde vendredi en expliquant qu'il attendait avant tout de son équipe qu'elle joue lors du derby, qu'elle prenne du plaisir, tordant le coup à l'idée reçue qu'« un derby, ça ne se joue pas, ça se gagne ». Le scénario du match, hier soir, montre que les Verts ont bien écouté leur coach puisqu'ils ont bien joué, mais pas sûr que le goût de la défaite en soit pour autant moins amer... Car ce derby, les Verts ont fini par le perdre. Et ce alors que l'OL n'y était pas, mais alors pas du tout, pendant une bonne heure.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Les Verts ont séduit... avant de craquer

Contrairement aux semaines précédentes, l'ASSE avait réalisé une bonne entame, pleine d'envie, de générosité, d'allant. Bien organisés dans un 4-4-2 compact, les Verts s'étaient procurés les meilleures occasions avant d'être logiquement récompensés sur un CSC d'Anthony Lopes, mis sous pression par un centre tir de Denis Bouanga. On était loin, à ce moment-là, d'imaginer que Lopes serait l'un des héros de la soirée, et que Bouanga en serait le héros malheureux avec ce penalty expédié à côté, qui aurait permis aux Verts de repartir du Groupama Stadium avec un point.

Entre temps, c'est l'entrant Tino Kadewere, auteur d'un doublé, qui a fait la différence. En profitant d'abord de la naïveté de la défense verte, sur un coup franc de Memphis Depay, puis du mauvais placement de Jessy Moulin, après avoir grillé la politesse à Madhi Camara et Harold Moukoudi. Avec cette défaite, la 6e de rang, l'ASSE continue sa chute libre au classement. La voilà à présent 15e de L1 avant de défier Brest et Lille après la trêve internationale. Deux rendez-vous pour lesquels Puel devrait enregistrer les retours de Mathieu Debuchy, Panagiotis Retsos et Arnaud Nordin. Et peut-être celui de Ryad Boudebouz, dernier « placardisé » avec Stéphane Ruffier.

Neyou en sort grandi, Camara aussi

Face à Lyon, le retour de Charles Abi a fait du bien. L'ancien vainqueur de la Coupe Gambardella a apporté un point de fixation très utile, devant, libérant des espaces à Denis Bounga et Adil Aouchiche. Au milieu, Yvan Neyou a été impressionnant, confirmant qu'il n'était jamais aussi bon que contre les « gros ». Et à un poste de latéral droit inédit pour lui, Mahdi Camara a épaté lui aussi. Des exemples à suivre, au sein d'une équipe stéphanoise qui a repris quelques couleurs lors de ce derby. A défaut de consoler ses supporters, peut-être que cela les rassurera un peu... »