ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Une humiliation historique, mais pas sûr que les Verts aient touché le fond »
Puel, avec Hamouma et TraucoCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
BEREZINA

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Une humiliation historique, mais pas sûr que les Verts aient touché le fond »

L'ASSE a subi une véritable humiliation en se faisant étriller par Lyon (0-5) dimanche soir. Mais vu l'ampleur des dégâts et son classement (16e), pourquoi ne pourrait-elle pas tomber plus bas ?

5-0, O tir cadré à 11 : il n'y a pas eu photo entre l'ASSE et l'OL hier soir. Pour la 2e fois en quatre ans, les Gones sont venus infliger une « manita » aux Stéphanois. Cette fois, il n'y avait pas de public. C'était sans doute mieux pour les Verts... Pauvre ASSE. Misérable ASSE. « On a fait preuve de cohérence et de détermination à Strasbourg. C'est le minimum qu'on attendra pour le derby. On veut faire plaisir à nos supporters. On défendra crânement notre chance. On sera prêts », avait pourtant assuré Claude Puel avant la rencontre. Mais après, son discours était évidemment radicalement différent. « On est en colère contre nous-mêmes », a-t-il pesté. Il y avait de quoi.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Sur le terrain, le néant

Au delà des promesses, il y a eu le terrain, sa vérité, et elle a été terrible. L'ASSE n'a pas cadré un seul tir. Elle a concédé quatre buts sur coups de pied arrêtés. Elle a été battue dans tous les compartiments du jeu, que ce soit tactiquement, techniquement, physiquement. « L'équipe qui en voulait le plus a gagné », s'est réjouit Rudi Garcia, pas peu fier d'offrir à l'OL une 3e victoire en autant de derbys depuis son arrivée entre Rhône et Saône, et de permettre aux Gones de devancer à présent les Verts au nombres de succès dans le derby.

Une situation de plus en plus critique au classement

Si l'OL reste 3e de L1, l'ASSE, elle, est toujours 16e et elle a toujours 4 points d'avance sur le 18e, Nîmes, dont le match face à Lorient a été reporté. Mais elle n'avance plus et voit l'écart se creuser avec les équipes qui la devancent : Strasbourg (14e) et Reims (13e) sont désormais à 5 points. Brest (13e) est à 7 points tout comme Nice (12e), où les Verts vont se déplacer ce dimanche, pour leurs retrouvailles avec William Saliba. Et il y aura dans la foulée la réception de Nantes (17e), qui est toujours à 1 point. Un premier match de la peur, surtout en cas de 4e défaite de rang, ce week-end, du côté de l'Allianz Riviera, alors que les Green Angels et les Indépendantistes multiplient les communiqués pour pointer la direction et demander sa démission.

Les Magic Fans avaient quant à eux affiché leur solidarité avant le derby. Il faudra voir s'ils se joignent ou non à la fronde désormais. Seule certitude : l'heure est grave. L'ASSE ne répond plus. Elle est retombée quatre ans en arrière, à la différence près que ses finances sont aujourd'hui à sec, ce qui l'empêche de se renforcer comme elle l'avait fait quand Jean-Louis Gasset avait pris la place d'Oscar Garcia (et Julien Sable).

Le Covid avait sauvé l'ASSE il y a un an. Et cette saison ?

Si on a beaucoup entendu dimanche que l'ASSE avait touché le fond, il y a tout de même encore quatre équipes derrière elle au classement. Il faudra en laisser au moins deux pour ne pas descendre en L2, trois pour éviter les barrages. Et on en connait plus d'un qui signeraient aujourd'hui pour une 16e ou une 17e place. Les Verts en sont là. Sauvés par le Covid la saison dernière, on se demande bien à quoi ou à qui ils vont pouvoir s'en remettre, cette fois-ci, pour rester parmi l'élite.