ASSE - L'interview médias de Lisa Moulin (TL7) : « Je crois encore en Puel »
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
INTERVIEW

ASSE - L'interview médias de Lisa Moulin (TL7) : « Je crois encore en Puel »

Journaliste à TL7 et désormais co-animatrice de l'émission Club ASSE, Lisa Moulin revient sur la victoire des Verts à Nîmes (2-0), le retour de Jean-Louis Gasset, Claude Puel et l'avenir des deux présidents.

Zapping But! Football Club ASSE : Adao Carvalho, troisième actionnaire des Verts, brise le silence

But ! : Lisa, quelle analyse faites-vous après cette victoire à Nîmes (2-0) ?

Lisa Moulin : Avec cette victoire, c'est un grand pas vers le maintien ! D'autant plus avec la défaite de Nantes. Après, dans le match, techniquement ça a été assez pauvre des deux côtés. Il y a eu beaucoup de contacts, de fautes. C'était un match assez haché, mais ça a finalement souri aux Verts. Je suis très satisfaite de la prestation de Green. Il m'a impressionné. On a envie de le découvrir davantage. Après le deuxième but, on a senti les joueurs se lâcher un peu plus. C'est dommage que ce troisième but de Hamouma ait été refusé pour hors-jeu car il était vraiment beau. Mais cette victoire fait du bien. C'était un match hyper important pour respirer un peu mieux, et aborder les derniers matches plus sereinement. Même si nous ne sommes pas encore définitivement maintenus.

Wahbi Khazri et Denis Bouanga ont marqué...

Khazri, c'est un joueur qui ne devait plus être là, que Puel ne voulait pas dans son groupe. Il a peu joué cette saison, mais il se retrouve encore buteur et ça fait plaisir de le revoir à ce niveau. On l'a senti beaucoup plus en forme qu'avant, plus épanoui. Devant, il a pressé, il avait la niaque. Il peut être un joueur clé pour cette fin de saison. Khazri en forme, c'est un joueur capable de tout. Sa magnifique lucarne le prouve. Le but de Bouanga est encore plus beau je trouve. Il ne s'est pas posé de questions, il s'est lâché et ça a payé. C'est peut-être le fait qu'il soit parti avec sa sélection, qui l'a d'une certaine manière permis de se libérer. Et ça fait plaisir. C'était également lui qui était passeur décisif sur le but refusé de Hamouma.

Le club doit-il les conserver la saison prochaine ?

Denis Bouanga, je le vois bien partir à l'issue de la saison. Il peut rapporter des sous. J'adore ce joueur, il me fait penser à Aubame. Khazri n'a plus qu'un an de contrat mais je me dis qu'il peut rester, ce qui ne serait pas une mauvaise chose s'il est performant comme lors des derniers matches, malgré son salaire. Je trouve que l'on ne le voit pas assez combiner avec Hamouma depuis qu'il est au club. Ce sont deux techniciens qui peuvent faire mal ensemble, sur le front de l'attaque.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« Ça fait plusieurs années que l'on tire sur la corde. Maintenant, la question est la suivante : vendre le club, oui, mais à qui ? »

L'ASSE reçoit Bordeaux ce dimanche, avec Jean-Louis Gasset sur le banc bordelais. Que retenez-vous de son passage à l'ASSE ?

Je garde des supers souvenirs de Gasset . Il est arrivé lorsque le club était une énième fois en crise. L'objectif était le maintien, on finit au final 7e. L'année d'après, on finit 4e. On l'a souvent jugé responsable des difficultés actuelles. Je trouve que c'est trop facile de dire ça. Quand il est arrivé, il a mis des conditions et les présidents les ont acceptées. Des joueurs comme Debuchy, M'Vila sont arrivés. C'était comme ça ou il ne venait pas. Quand Puel est arrivé, c'était un autre contexte. Mais il avait également les cartes en main, il savait dans quoi il arrivait. Gasset est quelqu'un de diamétralement opposé à Puel. Avec lui, c'était facile pour nous, les journalistes. Il venait nous voir, il faisait des blagues... Il était très agréable. Il avait une énorme expérience derrière lui donc il n'avait presque plus rien à prouver. Après, c'était un autre contexte. Les résultats suivaient, il n'y avait pas le Covid donc on était plus proche. Puel, on le voit seulement derrière son pupitre. En tout cas, psychologiquement, ce sont deux personnages complètement différents.

Faites-vous confiance à Claude Puel ?

Oui, j'ai envie d'y croire malgré tout. Il est arrivé avec son projet et il a dit que ce serait sur du long terme. Là, on n'est qu'à moyen terme. C'est vrai que l'on commence un peu à s'impatienter. Il y a certains de ses choix que je ne comprends pas toujours. On l'a souvent critiqué, mais on va attendre la saison prochaine. Avec les jeunes joueurs de qualité dans l'effectif qui auront plus d'expérience, on peut espérer de meilleurs résultats.

Quel regard portez-vous sur le communiqué des Magic Fans, qui demandent un rendez-vous avec la direction sous quinze jours ?

Je comprends les supporters. Il y a un ras-le-bol car on a l'impression qu'ils ont beau crier, faire des communiqués et des banderoles, rien ne bougera. Ça fait des années et des années qu'ils disent que cette direction bicéphale ne fonctionne pas. Mais entrer en guerre, est-ce que ce serait une solution ? Pour faire bouger les choses, oui. Pour les faire bouger dans le bon sens, je ne sais pas.

Et sur une éventuelle vente du club ?

Ça fait des années que l'on dit que c'est fini, que l'on arrive au bout du système, même si ça a marché pendant une certaine période. Je pense que Christophe Galtier a permis de cacher toutes les difficultés que le club pouvait rencontrer. Même avec un budget aux alentours de 10,11e de Ligue 1, on finissait toujours au-dessus et je pense que ça a caché un peu ce système compliqué de direction bicéphale. Ça fait plusieurs années que l'on tire sur la corde. Maintenant, la question est la suivante : vendre le club, oui, mais à qui ? Qui est prêt à investir dans un club qui est en déficit, et actuellement 15e de Ligue 1 ? Il faut également se poser la question si on souhaite que ce soient des Qataris ou plutôt des Européens, des Français... Est-ce que l'on garde nos valeurs ? C'est très compliqué comme réflexion. Il y a eu cette piste avec Jacques Pauly qui promet monts et merveilles. Mais bon... On attend de voir...