ASSE – L'oeil de Denis Balbir : "Alexandre Bompard président j'applaudis, mais je n'y crois pas"
Alexandre Bompard, ici avec son pèreCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
OPINION

ASSE – L'oeil de Denis Balbir : "Alexandre Bompard président j'applaudis, mais je n'y crois pas"

Denis Balbir évoque l'actu de l'ASSE, sa défaite à Paris (2-3) hier mais aussi sa mise en vente...

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le revenant Wahbi Khazri

« Pour coller à la plus chaude actualité de l'ASSE, je voudrais bien entendu revenir sur ce match perdu au Parc des Princes face au PSG dans les tous derniers instants. Alors oui, on peut bien entendu nourrir de vrais regrets et notamment celui de ne pas avoir pris un petit point, celui du match nul, qui m'aurait paru très logique. Mais, dans l'ensemble, je suis ravi de la prestation des joueurs qui, et c'est rare au Parc ces dernières années,n ont montré de l'envie, de l'allant et ont essaye de faire exploser la défense parisienne. J'ai trop souvent vu des Verts timorés, ou même absents des débats, face au PSG sur sa pelouse, pour cette fois me féliciter de l'ouverture du score et de l'égalisation de Romain Hamouma. On sait aussi que Kylian Mbappé est un joueur extraordinaire et que c'est l'un des seuls capables, en France, de changer le cours d'un match par ses seuls exploits. Contre l'ASSE, il marque un but sublime et provoque un pénalty par sa vitesse éclair.

J'ai surtout des regrets sur la première égalisation, à 1-1, car avec un peu plus de concentration, on ne le laisse pas partir dans le dos de Camara et Moukoudi. Mais on sait que cette équipe stéphanois est jeune et que cette qualité peut parfois être un défaut. C'est d'ailleurs aussi pour ça que je n'accable en rien Etienne Green, excellent contre Nîmes et Bordeaux, et à qui on ne va pas reprocher le pénalty ou son manque de vice en fin de match parce qu'il aurait peut-être pu demander les soigneurs afin de soigner sa béquille. Ca demande de l'expérience et c'est normal qu'il n'en ait pas assez. En tous cas, ce match me confirme que les Verts sont sur la bonne voie et qu'il faudra officialiser le maintien contre Brest le week-end prochain.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« Je suis convaincu qu'il y aura des repreneurs potentiels dans les prochaine semaines »

L'autre sujet fort qui concerne notre club tant aimé est la volonté des deux présidents de vendre. Moi, et contrairement à d'autres, je suis convaincu qu'il y aura des repreneurs potentiels dans les prochaine semaines. L'ASSE est trop populaire, a trop de valeurs, pour ne pas intéresser des gens. Je sais que ça représente beaucoup d'argent, et qu'on devrait être proche des 80 millions d'euros comme prix de vente. Mais je suis convaincu que ça peut le faire. L'ASSE, c'est un nom, une marque. Une empreinte indélébile dans l'histoire du football français. Ce qui m'inquiète davantage, c'est ce qu'il sera éventuellement fait de l'argent investi à l'ASSE. Il ne faut pas que ça transforme nos valeurs et que l'on devienne un club-entreprise comme tant d'autres. On aime les Verts pour son histoire, pour ses valeurs, pour le don de soi et la solidarité. Je n'ai pas envie de voir un fonds d'investissement arriver et faire n'importe quoi ou considérer l'ASSE comme un petit élément du puzzle mis en place. C'est ça qui m'inquiète.

« J'ai connu Alexandre Bomaprd à Canal Plus et à Europe 1 et serai très heureux de le voir à la tête de mon club de coeur »

Après, et ça n'est que mon opinion, je ne pense pas que le club pourra être racheté par un ou des Français. Le montant à investir est trop gros. On me parle de temps à autre d'Alexandre Bompard, l'actuel patron de Carrefour. Si c'est lui, franchement, j'applaudis des deux mains. Ce serait génial. Il est de Sainté, il a été fils de président, a vu plein de matches dans le chaudron et connaît suffisamment le monde du business pour faire venir des gens avec lui. En ce qui me concerne, je l'ai connu à Canal Plus et à Europe 1 et serai très heureux de le voir à la tête de mon club de coeur. Mais une fois encore, je n'y crois pas trop. Je pencherai plus pour des investisseurs étrangers à qui, je l'espère, les présidents Romeyer et Caïazzo expliqueront certaines choses. Ce club n'est pas comme les autres, hors de question de l'abîmer au seul nom de l'argent et de tout ce qui en découle. »