ASSE : la légende Piazza réagit au décès de Maradona
Oswaldo PiazzaCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
HOMMAGE

ASSE : la légende Piazza réagit au décès de Maradona

Sous le choc, comme tous les Argentins et les passionnés de football, le libero de l'âge d'or de l'AS Saint-Etienne Oswaldo Piazza a partagé sa tristesse après le décès de Diego Maradona, survenu hier.

Ce soir, le gouvernement argentin a décidé de suspendre le recueillement des Argentins devant le cercueil de Diego Maradona. Il y avait tellement de monde que la sécurité a été débordée. Les policiers ont dû expulser les visiteurs du palais présidentiel, ce qui a provoqué des émeutes. Alors que le cercueil devait être exposé au public pendant plusieurs jours, il se pourrait désormais que l'enterrement soit avancé. C'est dire la passion et l'immense tristesse qui étreint les Argentins depuis hier. Oswaldo Piazza ne fait évidemment pas exception.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

"On nous a retiré notre dieu"

Le libero de la belle époque de l'ASSE (1972-79) a partagé sa tristesse sur les ondes de France Bleu : "On nous a retiré notre dieu. Ici, c'est la folie totale et j'ai même un peu peur car beaucoup de gens ne portent pas de masques. C'est la folie et pas seulement à Buenos Aires mais aussi dans toutes les provinces. Les gens pleurent beaucoup. Ils sont très tristes et ressentent une grande absence. C'était notre dieu qui faisait des gestes pour nous protéger".

"Diego a grandi dans un bidonville avec souvent rien à manger. Ses parents ont fait ce qu'ils pouvaient pour l'élever lui et ses sœurs. Quand il a accédé à la notoriété, la première chose qu'il a faite, c'est de mettre les siens à l'abri. Ensuite, il a bouffé la vie. Diego est mort à 60 ans mais c'est comme s'il avait vécu trois vies. Alors oui, il y a eu des excès mais, aujourd'hui, si notre pays est connu dans le monde c'est grâce à lui."

Pour résumer

Défenseur central de l'ASSE de 1972 à 1979, Oswaldo Piazza est très ému après le décès de son compatriote Diego Armando Maradona.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet