ASSE : la vente déjà polluée par des éléments extérieurs troublants ?
Claude Puel (ASSE)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
ATMOSPHÈRE

ASSE : la vente déjà polluée par des éléments extérieurs troublants ?

Si le prince cambodgien Norodom Ravichak est dans la course pour racheter l’ASSE, des éléments extérieurs au club forézien pourraient venir polluer tout ce processus.

Zapping But! Football Club ASSE : Adao Carvalho, troisième actionnaire des Verts, brise le silence

Norodom Ravichak commence à être un nom bien connu des supporters de l’ASSE. Et pour cause, le prince cambodgien a confirmé hier son intérêt au sujet d’une reprise du club forézien, qu’il chérit depuis sa tendre enfance.

« J’ai toujours eu une affection particulière pour l’ASSE. Grâce à mes divers réseaux d’affaires, j’ai pu rencontrer des personnalités du monde du football et de fil en aiguille prendre connaissance du projet de vente de l’ASSE il y a quelques mois, a-t-il affirmé hier sur RFI. Mon but aujourd’hui est de prendre soin de Saint-Étienne et de tous ceux qui œuvrent pour que ce club retrouve la place qui est la sienne dans le football français et européen. »

« L’environnement est bon, mais aussi pollué »

Si, comme le dit Ravichak, il ne fait aucun doute que l’ASSE a une place dorée dans le paysage du football français, le club forézien pourrait pâtir d’éléments extérieurs qui polluent son environnement.

« À Saint-Étienne, il y a de l’engouement, l’état d’esprit et une atmosphère. L’ASSE fait partie des deux ou trois clubs qui devraient toujours évoluer au sommet du championnat de France. Il y a une telle attente, une telle envie de la part du public que cela produit un effet négatif sur les joueurs. Et puis, il y a trop de monde qui tourne autour du club, assure Gérard Passi dans Le Progrès. L’environnement est bon, mais aussi pollué. C’est prégnant. Il faudrait que quelqu’un arrive de l’extérieur et développe l’ASSE. Les supporters méritent bien cela. »

Pour résumer

Si le prince cambodgien Norodom Ravichak est dans la course pour racheter l’ASSE, des éléments extérieurs au club forézien pourraient venir polluer tout ce processus. Gérald Passi en est persuadé, lui qui connaît bien le championnat.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert