Roland Romeyer
Roland RomeyerCredit Photo - Icon Sport
par Fabien Chorlet
INTERVIEW

ASSE : la vente, Puel, Dupraz, le Mercato... Romeyer déballe tout !

Dans une interview accordée au Progrès, le co-président de l'ASSE, Roland Romeyer a fait le point sur tous les dossiers chauds du club stéphanois.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur la gestion de l'espoir Bilal Benkhedim

La vente du club 

"Le problème, ce n’est absolument pas combien on va revendre nos parts. Je n’en fais pas une histoire d’argent. C’est un problème de succession. Ce qui est important c’est de trouver quelqu’un capable de pérenniser le club. Pour le moment, il n’y a personne. Malheureusement personne. J’ai eu des réunions avec des candidats à Saint-Etienne, à Paris, en Suisse… Mais quand c’est le moment de tout mettre sur la table et de fournir les éléments tangibles à KPMG, personne ne l’a fait. Actuellement, personne n’a rempli toutes les cases". 

Les critiques 

"Ni Bernard ni moi, ne voulons une place dans le futur organigramme. Au contraire, certains m’ont demandé de rester et j’ai refusé mais ils pourront toujours compter sur moi 24h/24 pour un conseil, comme je le fais avec Jean-François Soucasse. Nous ne voulons pas de strapontins. Je veux retrouver du bonheur en voyant le club se sauver puis grandir". 

La situation actuelle

"Aujourd’hui, le club appartient à deux clowns (sic) qui n’ont pas les moyens financiers pour se battre avec les plus grosses équipes du championnat : Paris, Monaco, Nice, Rennes… Le club est en bon état de marche. On n’a pas une équipe pour être championne mais pas pour être dernière non plus. Tant que le club ne sera pas vendu, on ne pourra pas aller plus haut que la 10e place". 

Puel 

"J'assume mes responsabilités. C'est moi qui ait voulu Puel au départ. La richesse de l'ASSE, c'est notre centre de formation. Les gars travaillent bien, ils sortent des jeunes. Il faut ensuite les faire jouer. La saison d'avant, on avait fini quatrième de Ligue 1 avec des anciens et des jeunes. Je pensais que tout allait bien fonctionner". 

Son échec 

"Avec sa gestion, ça a été un peu compliqué à l'intérieur du club. Pour manager une équipe, il faut de l'empathie. Claude est un entraîneur brillant mais ça ne suffit pas. Si on sait bien prendre les hommes, tous ensemble, on peut renverser des montagnes". 

Dupraz 

"Pascal Dupraz est l'homme de la situation. Il est dans l'affectif. On a vu ce qu'il a fait ailleurs. Je le connais depuis longtemps (...) Il sait d'où il vient, il va très bien dans notre club. On a un peu le même tempérament (...) J'y crois fermement. J'ai confiance en l'équipe qui est en place. Tout est jouable". 

Le dernier mercato estival 

"On avait les moyens de recruter. Des joueurs voulaient rester, d'autres étaient disponibles. C'était un choix du manager général (de ne pas recruter). Il pensait qu'avec l'effectif qu'il avait à sa disposition, ça allait le faire. Ce que l'on n'a pas pu dépenser cet été, on va le dépenser maintenant. L'argent était prévu au budget". 

Les possibles ventes cet hiver 

"On est passé pour la onzième fois de suite devant la DNCG sans encombre. Une sorte de confiance s'est installée car on a toujours respecté nos engagements. Un club de foot, sauf que les milliardaires que l'on connaît, vit avec le trading. Un moment ou un autre dans la saison, il faudra peut-être vendre des joueurs". 

Pour résumer

Dans une interview accordée au Progrès, le co-président de l'AS Saint-Etienne, Roland Romeyer a fait le point sur tous les dossiers chauds du club stéphanois.

Fabien Chorlet
Rédacteur
Fabien Chorlet