Jean-Michel LarquéCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
CRITIQUES

ASSE : Larqué allume de nouvelles cibles très haut placées

Pour une fois, le capitaine des Verts de la belle époque, Jean-Michel Larqué, n'a pas attaqué la direction de l'ASSE mais Arsène Wenger et Noël Le Graët. A qui il reproche de reproduire le discours formaté de la FIFA concernant tous les problèmes rencontrés au Qatar pendant la Coupe du monde.

Zapping But! Football Club ASSE : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

Depuis trois semaines, le monde se divise en deux camps : les anti-Qatar et ceux qui ferment les yeux sur les morts sur les chantiers, l'écologie, les droits de l'Homme, etc, pour mieux regarder le ballon rouler. La majeure partie des grands dirigeants de la planète football sont dans le deuxième camp car ils ont des intérêts financiers divers et variés avec l'émirat. Ainsi, le président de la FFF, Noël Le Graët, a-t-il estimé que Hugo Lloris n'avait pas à porter le brassard One Love (finalement interdit par la FIFA) au Qatar... avec qui il négociait la diffusion par BeIN de la Coupe de France. Arsène Wenger s'est également fendu d'une déclaration sur le fait que les footballeurs n'avaient pas à se mêler de la politique. Autant de prises de position qui n'ont pas plu à Jean-Michel Larqué.

Podcast Men's Up Life
 

Les gens de la FIFA sont dans le déni

Dans une chronique au quotidien belge Le Soir, le capitaine des Verts de 1976 a taclé ses compatriotes : "Je connais très bien Arsène Wenger qui est un ami. Il y a dans ses paroles de dire que “les équipes prêtes mentalement ne se sont pas occupées de politique”, le discours insupportable de la Fifa. Arsène Wenger reprend tout simplement la communication de la Fifa, y compris celle de Noël Le Graët, le président de la Fédération française, qui dit qu’un joueur est là pour jouer et non pour penser. Si tous ces gens voulaient réduire les footballeurs à des poulets sans tête, ils ne s’y prendraient pas autrement".

"Désolé de prendre un exemple personnel, mais j’ai pu mener une carrière universitaire tout en étant footballeur professionnel. L’un n’a pas empêché l’autre. Et vice versa. De temps en temps, même dans le football, c’est bien que la tête fonctionne. Pour en revenir aux propos de Wenger, je ne pense pas que réfléchir prenne de l’énergie aux sportifs. C’est une nouvelle preuve que les gens de la FIFA sont dans le déni. Là-bas, on véhicule l’idée qu’un footballeur doit être des jambes sans cerveau. C’est inacceptable."

Pour résumer

Pour une fois, le capitaine des Verts de la belle époque, Jean-Michel Larqué, n'a pas attaqué la direction de l'ASSE mais Arsène Wenger et Noël Le Graët. A qui il reproche de reproduire le discours formaté de la FIFA concernant tous les problèmes rencontrés au Qatar pendant la Coupe du monde.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.