Jean-Michel Larqué
Jean-Michel LarquéCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ATTAQUE

ASSE : Larqué balance sur Caiazzo, responsable du ralentissement de la vente

La légende de l'ASSE Jean-Michel Larqué s'est payé Bernard Caiazzo, président faisant obstacle à une vente rapide car il veut en tirer le meilleur prix tout en gardant une place au sein du club.

Zapping But! Football Club ASSE : Adao Carvalho, troisième actionnaire des Verts, brise le silence

Attention, les propos qui suivent pour heurter les oreilles les plus sensibles. Surtout celles qui apprécient Bernard Caiazzo. Car pour Jean-Michel Larqué, s'il y a un responsable au fait que l'ASSE n'est toujours pas vendue, c'est bien le président du conseil de surveillance, qui chercherait à obtenir toujours plus, tout en réclamant une place au sein du futur organigramme…

"Il est évident que lui, aujourd’hui, veut faire de l’argent sur la vente, a expliqué le milieu de l'épopée dans Rothen s'enflamme, sur RMC. Non seulement il veut faire de l’argent mais il veut en plus garder des prérogatives. Je pense que Jean-Michel Roussier n’est pas bien vu (par Caiazzo), parce que si son projet l’emporte, Roussier va entrer à la Ligue. Et aux dépens de qui ? De Caiazzo. Il voudrait faire de l’argent et garder le trône. Et pendant ce temps, le club coule. Je pense qu’il y a des torts partagés (avec Roland Romeyer), mais celui qui bloque tout aujourd’hui, c’est Bernard Caïazzo. C’est clair. Il a envie de garder son poste à la Ligue, et continuer de briller là-bas."

"Je peux vous dire que s’il y en a un qui veut vendre (c'est Romeyer)… On lui donne son ticket d’entrée et il s’en va. Après, c’est normal que quelqu’un qui a été président de l’ASSE pendant plus de dix ans ait ensuite un titre honorifique. Même si ça veut tout et rien dire…"

Larqué s'en prend à Caiazzo pour la non-vente de l'ASSE

Sur RMC, Jean-Michel Larqué a chargé Bernard Caiazzo concernant le fait que l'ASSE n'est toujours pas vendue. Pour le capitaine de la grande équipe des Verts, le président du conseil de surveillance réclame trop d'argent et une place au sein du futur organigramme.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet