ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Dimitrov aurait aimé »
La joie des Verts contre l'OM (1-0)Credit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
HOMMAGE

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Dimitrov aurait aimé »

Cette semaine, Didier Bigard évoque le maintien de l'ASSE et sa victoire contre l'OM (1-0) en rendant hommage à son ami Georges Dimitrov, décédé ce week-end.

Zapping But! Football Club ASSE : l'hommage des Verts à Loïc Perrin

« Nous n’entendrons plus sa voix inquiète nous demander « Mais qu’est-ce qu’il se passe » après une mauvaise série des Verts, de cette équipe qu’il suivait toujours de près et avec un œil ni bienveillant, ni malfaisant, critique tout simplement. Georges Dimitrov nous a quittés à l’issue d’un match, long, difficile dans lequel il a poussé son ultime adversaire à une prolongation qu’il a disputée avec toujours des yeux lumineux et pleins de lucidité, un petit sourire au coin des lèvres. Un peu moqueur comme quand il analysait des prestations de joueurs si loin des fondamentaux techniques qu’il a portés très haut de Sofia à Saint-Étienne. On n’oubliera pas son style délié de libero, sa classe et sa décontraction d’un autre temps. Georgi est venu noircir un dimanche que l’ASSE avait ensoleillé, mais on lui pardonnera cette dernière feinte, cette interception, pas un tacle car c’est debout qu’il défendait, debout qu’il s’est défendu jusqu’au bout. De l’autre pays du football où il va croiser les plus grands et le soulier d’or Georgi Slavkov qui l’avait accompagné dans le Forez, on est sûr qu’il va revoir les images du succès sur l’OM. Et il va aimer, même s’il fera la moue sur quelques mauvais choix devant le but adverse.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

35 plus tard on revient aux mêmes racines qui ont fait pousser le club

Cette équipe 2021, mix entre anciens et jeunes rappelle ce qu’il a connu avec Castaneda, Sivebaek, El Hadaoui, Jacques, Françoise, Garande et Tibeuf quand il encadrait les Ferri, Courault, Haon, Clavelloux, Chicharo, Gros, Primard, Peycelon, Ribar, Mermet, Pignol, Deguerville, Pedreiro, Roumazeille, Musquère, David, Francois. D’abord avec Henrik Kasperczack autre homme de l’Est, regard sévère et humour rentré aimant la vie et la convivialité, puis avec Robert Herbin fermé, énigmatique, solitaire, pour un choc des cultures. Mais Roby, même exigeant, ne pouvait trop tenir rigueur aux frasques de son artiste défensif. Il appréciait, sans le clamer, la qualité de sa relance, sa vision du jeu

Sans doute Claude Puel rappelait-il à Dimitrov un peu cette époque, cette politique qui a traversé les décennies pour former, faire grandir et il faut bien l’avouer parer aux difficultés économiques du club. A l’arrivée de la star bulgare en 1986, l’ASSE sortait de la crise née d’une caisse noire pour alimenter un recrutement onéreux. Trente cinq ans plus tard, c’est encore pour solder un passif engendré par une augmentation de la masse salariale qu’il faut revenir aux racines qui ont fait pousser Sainté. Avec les mêmes interrogations, doutes et critiques, des cadres en disgrâce, des jeunes éphémères, un gardien discuté, des départs obligés, des recrutements hésitants, des paris, des déceptions, des résultats inconstants et un manque de patience. Mais l’espoir.

Des joueurs expérimentés qui ont les dents de la jeunesse et des gamins qui opèrent comme de vieux briscards

Herbin disait qu’il fallait persévérer dans ses idées, Puel reprend la formule avec pour même fil conducteur le jeu avant le résultat, celui-ci n’en étant par définition que la résultante.Cette ligne de conduite avait amené les Verts de Robert Herbin à une quatrième place passée aux oubliettes parce qu’elle n’offrait même pas un strapontin européen, mais ils avaient terminé à la seizième place la saison précédente. On souhaite la même progression mathématique aux joueurs de Claude Puel. Sur ce qu’on a vu à Montpellier puis devant l’OM, on veut y croire avec une équipe solidaire, de l’allant, une complémentarité entre joueurs expérimentés qui ont les dents de la jeunesse et des gamins qui opèrent comme de vieux briscards. Mais on ne va pas s’emballer, Georgi nous calmerait vite... »

Didier BIGARD

Pour résumer

Bigard avait bien connu le regretté Dimitrov à l'ASSE

Laurent HESS
Article écrit par Laurent HESS