ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Les bonnes et les mauvaises réponses de Fofana »
Wesley FofanaCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
OPINION

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Les bonnes et les mauvaises réponses de Fofana »

Didier Bigard revient sur la semaine agitée de l'ASSE, marquée par les déclarations de Wesley Fofana qui a mis la pression pour rejoindre Leicester...

 « Pour moi, il n’y a pas de débat Wesley Fofana. C’est un jeune joueur qui a dix-sept matchs en professionnels. Il est en apprentissage. Il a fait des progrès et en a encore pas mal à faire. Il est très bien à Saint-Étienne et il restera à Saint-Étienne ». Lors de son point presse avant la réception de Strasbourg, Claude Puel aurait aimé clore définitivement le sujet. Mais il a été obligé d’y revenir après la rencontre pour tenter de convaincre qu’il n’y avait aucune ambiguïté avec les actionnaires du club : « Il n'y a pas eu de réunion par rapport à la situation de Wesley Fofana. Ce sujet n'a pas été abordé en conseil de surveillance. C'est faire du feuilleton avec beaucoup de fake news. Je préfère ne pas faire de commentaires... ».

Parce qu’il a montré sa force de caractère depuis son arrivée, sportivement dès sa première avec une prise de risques face à l’OL, dans sa fermeté face à Ruffier ou la mise à l’écart de cadres, on suppose que Puel ne s’exprime pas sans certitudes. Et qu’il les a fait partager à ses présidents. Reste à convaincre le principal intéressé pour lequel il a un discours de formateur : « Wesley vit des choses difficiles, comme tout gamin de cet âge à 19 ans ».

Pas tout à fait, dirons-nous sans sourire... Rares sont les jeunes qui se retrouvent devant ce choix, être fidèle à un contrat de 75000 € mensuels ou céder à des sirènes en multipliant ce salaire par trois. Pas de démagogie. C’est la loi du marché, celui du football n’étant pas celui de l’emploi. L’interview donnée par Fofana à l’Equipe est explicite : « J'ai reçu beaucoup d'offres... Cette fois, je ne peux pas refuser ».

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Les intermédiaires manient toutes les grosses ficelles de la communication

Le prometteur défenseur connaît la valeur de l’argent « D'où je viens, des quartiers nord de Marseille et d'une famille pas aisée... Je serais fou de dire non à Leicester. Ce contrat peut changer ma vie. Je dois protéger ma famille en la mettant à l'abri ». On a déjà entendu ce refrain, souvent dicté par des intermédiaires qui manient toutes les grosses ficelles de la communication, parfois dans le dos des représentants du joueur. « Mes agents n'étaient pas d'accord pour que je parle » affirme Fofana qui a une réponse moins convaincante pour expliquer sa décision. « Ce qui vient de se passer a brisé quelque chose en moi. Ma petite soeur a été prise à partie dans son lycée. Ils l'ont insultée, ils l'ont poussée ». S’il a raison d’ajouter que « C'est inadmissible », il sait qu’« elle a été victime d'idiots » qui ne devraient pas dicter sa conduite pas plus que les leçons de morale. Il n’a pas à en recevoir après avoir pris soin de prévenir : « Je n'irai pas au bras de fer. Sainté c'est mon club. Je l'ai dans le coeur et je le respecterai jusqu'au bout. Je lui dois ça. » 

Jessy Moulin source de réflexion sinon d’inspiration

Sa prestation face à Strasbourg a prouvé que ce ne sont pas que des mots, Puel s’en est félicité : « La réponse, il l'a donnée ce soir. Et c'était une très bonne réponse »... qui a convaincu Kolodziejczak : « Wesley est concentré sur ses performances ». On comprend que Kolo se verrait bien poursuivre l’aventure avec son jeune coéquipier : «Pour l’instant, le projet du club est de garder ses meilleurs joueurs et je pense que le club va y arriver ». 

Lui qui a beaucoup bourlingué peut être de bon conseil, comme Mathieu Debuchy... ou dans un autre registre Jessy Moulin, au discours si rafraîchissant sur Canal plus. « Je suis très heureux, (d’être titulaire), je le prends avec beaucoup d'enthousiasme. C'est que du plus et du bonheur. Le club je l'aime, c'est mon club de coeur. Je vois les bâtiments, je vois ma chambre quand je suis arrivé en 99... C'est tellement de souvenirs. Je vois ma mère pleurer sur le parking. J'ai tout vécu ici. Partir pour partir, ça ne m'intéressait pas. Je suis fier d'être là maintenant. Ça prouve que j'ai su être sérieux et fidèle à mes valeurs et celles du club. » 

Peut-être pas une source d’inspiration pour Fofana. Mais de réflexion. »

Didier BIGARD