ASSE - le rendez-vous de Didier Bigard : « Les Verts c’est Saint-Étienne, pas des actionnaires »
Le kop nord du ChaudronCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
ANALYSE

ASSE - le rendez-vous de Didier Bigard : « Les Verts c’est Saint-Étienne, pas des actionnaires »

Cette semaine, Didier Bigard évoque l'actualité de l'ASSE à travers la passion des supporters, intacte malgré les déboires , et la vente à venir du club.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le revenant Wahbi Khazri

Selon le site Evect , Le Coq Sportif devrait rendre un hommage à la ville de Saint-Etienne avec une livrée spéciale pour le troisième maillot de l’ASSE la saison prochaine. Ce serait un clin d’œil sympa, mais plus encore la reconnaissance que le club est bien celui d’une ville avant d’appartenir à des investisseurs, qu’ils soient foréziens, parisiens, américains, russes, asiatiques ou venus des émirats. 

Quand on dit que le club est celui de la ville, c’est à la fois de ses habitants et de son histoire au sens large. Les frontières vertes ont pour limites un état esprit, pas les contours d’une agglomération. C’est ce que Vincent Duluc traduisait en 2016 dans son livre « Un printemps 76 » en réveillant ses souvenirs d’ado: « Grandir dans la province avec Saint-Étienne juste à côté... c’était savoir que le cœur de l’univers avait soudain été déplacé, qu’il se rapprochait de nous, mais sans nous inclure, et c’est pour cela que l’on se levait... pour franchir la frontière.... Là-bas, Saint-Étienne avait les Verts ».

C’est cette évidence qui a guidé Olivier Demoulin en 2013 dans son recueil de onze nouvelles titré « Dieu créa le foot à Saint-Étienne » avec quelques réflexions savoureuses dont cette interrogation d’un supporter prénommé Etienne, né dans le Forez d’une mère bretonne et d’un père bordelais « Août 1984, mes parents divorcent et nous quittons tous Saint-Étienne. Quelle nouvelle est la pire pour moi? »

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« Totalement, magnifiquement et éternellement à part » (Christophe Verneyre)

Nous n’allons pas inventorier notre bibliothèque forcément verte. Pas besoin de se replonger dans l’Histoire si bien contée, entre autres, par le Montbrisonnais Yves Jean en 2016 dans « Les poteaux carrés de Glasgow ». L’actualité littéraire stéphanoise suffit à retrouver les frissons d’hier qui doivent être ceux de demain. Et même si Christophe Verneyre en avait initialement choisi un autre « La passion fait de nous un peuple sans raison », le titre qui barre la couverture de son ouvrage, « La passion selon Saint-Étienne » (éditions en exergue), traduit bien le lien que nous évoquions plus haut entre la ville et son club. L’auteur n’est pas un inconnu des fans de l’ASSE pour avoir été un des fondateurs du site poteaux-carrés, héritier d’asse online où il a écrit ses premiers comptes-rendus de déplacement à Beauvais, Troyes ou Amiens.

Beaucoup se retrouveront dans son auto-analyse , dans son stress avant le match, dans « l’émotion positive ou négative que lui procurent les résultats des Verts, dans « la torture infligée au peuple vert par un dieu du foot », dans ce sentiment « que décidément nous sommes collectivement en tant que ville, supporters, stade, couleur de maillot, histoire, palmarès et âme, totalement, magnifiquement et éternellement à part ».

Verneyre qui écrit « J’ai grandi avec cette idée que le foot, c’était les Verts, et Sainté, c’était le foot » n’a connu de 76 que la légende. Son premier « coup de poignard » a été donné par Rocheteau et le PSG en finale de la coupe en 1982. Il avait dix ans et par force, ses héros allaient s’appeler Clavelloux, Peycelon, Ferri, Ribar, Primard, Oleksiak et Bellus. Neuf des onze de la photo punaisée au mur de sa chambre étaient formés au club. Comme dix ans plus tôt les Lopez, Santini, Sarramagna, Synaeghel, Merchadier, Farizon, Larqué, Bereta, Revelli. Comme quarante ans plus tard les Camara, Gourna, Abi, Moueffek, Nordin, Sow... Pas tous avec les mêmes honneurs, mais tous avec la même couleur, celle d’une équipe que Katranis qualifie (encore) de « grande » dans sports24 repris par le Talk-show stéphanois. La couleur d’un club qui n’a pas fini de faire écrire...

Didier BIGARD

Pour résumer

Bigard met en avant la passion intacte des supporters de l'ASSE

Laurent HESS
Article écrit par Laurent HESS