Frédéric Antonetti
Frédéric AntonettiCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
AVANT-MATCH

ASSE – Le rendez-vous de Didier Bigard : « Pas question de rire avec le Metz d’Antonetti ! »

Didier Bigard met en avant l'importance du match qui attend l'ASSE ce week-end face au FC Metz. Un rendez-vous capital dans la course au maintien en L1...

Zapping But! Football Club ASSE : le palmarès complet des Verts

Romain Hamouma s’était appuyé sur le résultat de la saison dernière pour afficher les ambitions stéphanoises à Paris. L’équipe de Claude Puel y avait fait bonne figure, ne s’inclinant que 3-2 après avoir mené au score 1-0 grâce à Denis Bouanga, égalisé à 2-2 et n’avoir cédé qu’à la dernière minute du temps additionnel. Il aurait aussi pu rappeler que les Verts n’avaient perdu la finale de la coupe de France que sur un petit but de Neymar en juillet 2020, malgré l’expulsion de Loïc Perrin à la demi-heure de jeu. Et il avait encore fallu que l’équipe soit réduite dix après le carton rouge de Timothée Kolodziejczak pour qu’au match aller l’ASSE concède la défaite (3-1) face aux stars du Qatar et surtout à Marquinhos.

Se surpasser face à Paris, c’est bien, mais il y a un autre championnat, en bas

Bref, Pascal Dupraz pouvait être rassuré sur l’état d’esprit de ses joueurs face à Paris.  Restait à choisir les bons hommes et la meilleure tactique. En coupe, Puel avait misé sur les cadres qui avaient qualifié l’équipe, Moulin, Debuchy, Kolodziejczak, Perrin, M’Vila, Boudebouz, Khazri, plus Neyou entré  la mi-temps et surprenant. En avril 2020, il y avait toujours quelques joueurs expérimentés dont Kevin Monnet-Paquet mais aussi des jeunes,  Etienne Green dans les buts ou Aimen Moueffek. Six mois plus tard, c’est avec Ryad Boudebouz devant la défense, mais aussi, curieusement, avec Alpha Sissoko que Puel avait tenté de contrarier les plans de Pochettino. 

A travers ce rappel, on comprend qu’il n’y a pas de recette miracle même pas une organisation type, plutôt une discipline et une envie, de la combativité, des ingrédients que Pascal Dupraz résumait avant la rencontre par la nécessité de « donner le meilleur de soi-même ». Hamouma n’avait-il pas relevé qu’il « n’y a pas de vérité dans ce championnat »?Les Nantais l’avaient prouvé une semaine plus tôt avec Antoine Kombouare tombeur du PSG, comme les Clermontois vainqueurs à Marseille sous la houlette de Pascal Gastien que son « ami » Dupraz avait inutilement chambré après le succès à Gabriel-Montpied.

Les supporters de l’ASSE pouvaient donc espérer et plus encore après l’ouverture du score par Denis Bouanga. Oui, mais voilà Lionel Messi dont l’entraîneur forézien avait souligné « l’humilité, son respect de l’adversaire et de son sport » a justifié aussi ses superlatifs «exceptionnel, fantastique ». Et Kylian Mbappé aussi, comme l’a constaté le Haut-Savoyard «C’est le talent du PSG qui nous fait repartir bredouille ». Alors si Kolodziejczak a raison de dire « On n’a pas à rougi », Dupraz plus encore « Paris aurait pu marquer d’autres buts », et on préfère cette lucidité au raccourci d’Elia Mangala « On était supérieur au PSG en première mi-temps ». Il zappe une seconde période au cours de laquelle le trio de magiciens a remis le football à l’endroit. La bonne volonté n’a pas suffi, pas plus que le système bien travaillé et c’est ce qu’on doit retenir pour ne pas s’enflammer, ce qui n’a peut-être pas été fait lors des confrontations évoquées plus haut. On attend par exemple que Bouanga reste aussi « inspiré » comme le dit Dupraz. Ce dernier ne voulait pas aller au Parc pour faire des selfies ou échanger des maillots et il a été entendu, même si quelques-uns ont patienté devant la porte du vestiaire parisien pour en ramener un. «On n’y est jamais allé pour prendre des photos » avait répondu Hamouma et le mental était bien là, promis par Wahbi Khazri qui, auprès de nos confrères de Canal,  avait regretté ne pas jouer une telle rencontre parce qu’on s’y surpasse.

Ses coéquipiers l’ont confirmé, mais dans leur position, on attend qu’ils se surpassent aussi dans leur vrai championnat, celui qui les voit recevoir Metz. Samedi, si on a vu Pascal Dupraz amusé par une plaisanterie de Laurent Paganelli, il a vite retrouvé son sérieux lors de sa conférence de presse « On ne peut pas être satisfait de perdre contre une équipe d’extraterrestres offensivement ». Il le sait: Frédéric Antonetti ne rigole pas, même après un nul. »

Didier BIGARD

Pour résumer

Didier Bigard met en avant l'importance du match qui attend l'ASSE ce week-end face au FC Metz. Un rendez-vous capital dans la course au maintien en L1... "Samedi, si on a vu Pascal Dupraz amusé par une plaisanterie de Laurent Paganelli, il a vite retrouvé son sérieux lors de sa conférence de presse « On ne peut pas être satisfait de perdre contre une équipe d’extraterrestres offensivement ». Il le sait: Frédéric Antonetti ne rigole pas, même après un nul", écrit-il...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.