ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Vivement les retrouvailles avec Gasset ! »
Jean-Louis GassetCredit Photo - Icon Sport
par butfootballclub
CHRONIQUE

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Vivement les retrouvailles avec Gasset ! »

L'ASSE retrouvera la L1 et son Chaudron dimanche contre Lorient mais Didier Bigard a d'autres retrouvailles en tête : celles à venir avec le néo Girondin Jean-Louis Gasset...

« Un entraîneur est un chercheur » a déclaré Jean-Louis Gasset dans une longue interview à l’Equipe. Si on voulait faire de l’humour, on dirait que la première de ces recherches est celle d’un club. Certes l’ancien coach des Verts, « qui a retrouvé le peps » n’a pas dû aller frapper aux portes pour retrouver un job, mais il sait bien qu’il en est autrement pour nombre de ses collègues et en particulier pour son fidèle adjoint, Ghislain Printant. Ce dernier a mal vécu sa période de chômage, malgré le soutien de ses proches. Pas facile moralement d’attendre un appel synonyme de lumière, le téléphone à la main des jours, des semaines et des mois entiers.

Pas facile surtout de digérer la façon dont il a été remercié par l’ASSE. Il faut dire que Roland Romeyer y était aller un peu fort c’est un euphémisme. « Dans la vie, il y a des numéros 1 et des numéros 2. On avait surclassé Ghislain », avait-il osé pour expliquer le limogeage de son entraîneur. Il était certes revenu sur ses propos « Je les regrette sincèrement car Ghislain Printant est quelqu’un que j’aime bien et qui aime profondément les Verts... Il a contribué à la qualification européenne, une performance qui restera gravée dans l’histoire du club ». Mais sans effacer ni l’affront, ni la peine. Ses excuses pourraient être ressorties devant les prud’hommes, car l’ex-entraîneur n’a rien oublié, même si sa motivation aura désormais un autre terrain pour s’exprimer.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DE L'ASSE

On entend d’ici, la froide détermination de Gasset

Les retrouvailles avec Saint-Etienne promettent et se préparent déjà si on en juge la réponse de Jean-Louis Gasset à une question sur son recrutement stéphanois estimé « dispendieux » aujourd’hui par son successeur. J’ai fait au mieux dans la conjoncture... J’ai repris l’équipe à la 16ème place, on a fini 7ème puis 4ème. J’ai vu un chaudron plusieurs fois en folie. On a aussi fait débuter Saliba, Fofana, Abi... Alors tout ce qui se dit ». On entend d’ici, la froide détermination de Gasset qui n’a sans doute pas oublié non plus que certains au club lui reprochaient ses allers-retours à Montpellier. S’il promet « Quand je reviendrai, je serai très heureux de revoir des gens avec qui j’ai travaillé », il lance un petit caillou dans le jardin de Claude Puel avec un mot pour Fabrice Grange, « libéré » par l’ASSE et aujourd’hui bordelais: « Un grand pro... Je l’ai pris avec plaisir ». I

l signerait avec le même bonheur pour la venue de Stéphane Ruffier si Benoit Costil auquel il a enlevé le brassard changeait d’air. Là, c’est un gros caillou qu’il enlèverait à ses anciens présidents. Problème « Ce sera difficile » admet le coach girondin à l’évocation d’un tel transfert, ou de celui de M’Vila. « Il est bien placé pour en connaître le coût » pourraient sourire Claude Puel et Xavier Thuilot qui ont pour mission de faire passer le budget du club de 108 à 95 millions d’euros

Mais pourquoi vous parle-t-on de tout cela, alors que le Covid reste tellement d’actualité avec toujours plus de questions sur le déroulement du championnat? Alors que le match à l’OM a été remis? Alors que Bernard Caïazzo a demandé un rendez-vous à Jean Castex? Alors qu’il nous faut garder les masques? Et bien tout simplement parce qu’on a hâte de retrouver un peu de ce sel qui fait la saveur du foot, de ces petites rivalités qui animent les avant-matches. Bref de voir le ballon rouler, avec des spectateurs, sans bruitage pour les télés mais avec du bruit dans les kops. »

Didier BIGARD