ASSE, LOSC : Galtier tombe le masque sur deux journées noires chez les Verts
Christophe GaltierCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
MAUVAIS SOUVENIR

ASSE, LOSC : Galtier tombe le masque sur deux journées noires chez les Verts

Christophe Galtier, l'entraîneur du LOSC, est revenu sur son passé européen. Avec forcément une grande pensée pour l'ASSE.

Zapping But! Football Club ASSE : le debrief du match face au RC Lens

Aujourd'hui coach du formation lillois en poupe, Christophe Galtier va retrouver le parfum de l'Europe avec la double confrontation contre l'Ajax. L'occasion de se souvenir de moments forts dans l'Equipe. Et certains sont évidemment liés à son passé à l'ASSE. Avec pas toujours des bons souvenirs.

Il y a d'abord une double confrontation face à Esbjerg en barrages d'Europa League en août 2013, qui avait sonné comme un immense gâchis. « Je suis passé de la déception à une grande colère envers moi-même. On avait le bonheur d'être directement qualifiés pour le troisième tour qualificatif après notre succès en Coupe de la Ligue. Et on tombe en play-offs contre une équipe danoise. J'entends encore les gens me dire, c'est qui Esbjerg ? Tout ça pour ça. Et là, tu te dis qu'il va falloir sortir une grosse saison pour y retourner. On avait raté quelque chose », explique Galtier dans l'Equipe. Avec un souvenir très précis de ce qui avait plombé les Verts. « Face à Esbjerg, on avait mené 2-0, 3-1, 3-2 et on prend trois touches longues », peste le coach lillois.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DE L'ASSE

Bâle, une soirée terrible pour Galtier

Autre souvenir noir, le terrible 16e de finale d'Europa League en 2016 face au FC Bâle (3-2, 1-2), avec un but dans les derniers instants qui laissera une trace indélébile dans l'esprit de Galtier. « A Bâle, je me rappelle que nous égalisons à 10 contre 11. Il restait deux minutes. Et je me revois être allé jusqu'au poteau de corner pour reprendre mes joueurs qui dansaient de joie. Je leur ai dit de rester concentrés, que la rencontre n'était pas terminée. Et patatras ! La solitude m'a envahi. Je suis allé pleurer, seul, à l'abri des regards, sous la douche, pour que personne ne me voie. »