ASSE – Mercato (Débat) : Comprenez-vous les impératifs financiers de l'ASSE ?
Claude Puel et Bernard CaiazzoCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
MONEY, MONEY, MONEY...

ASSE – Mercato (Débat) : Comprenez-vous les impératifs financiers de l'ASSE ?

L'ASSE est en proie à des restrictions financières qui l'ont empêché de dépenser au Mercato malgré la vente juteuse de Wesley Fofana. Laurent Hess et Alexandre Corboz débattent.

Oui, à cause de l'erreur stratégique de 2018

« Si l'AS Saint-Etienne a été contrainte de céder Wesley Fofana à Leicester (35 M€ + 5 M€) afin d'assurer sa pérennité financière, c'est d'abord du fait de la pression des banques... Et du fait d'une erreur de jugement qui date d'il y a deux ans. A l'époque, pour contenter Jean-Louis Gasset, désireux de bâtir une équipe pour viser le Top 5, la direction avait joué sur son image de club bien géré pour solliciter des prêts bancaires. Prêts qui n'étaient pas destinés à investir dans la pierre et dans le développement du club mais à « jouer au casino » sur le Mercato.

Or, on ne peut pas franchement dire que l'ASSE a joué son pactole très intelligemment car, plutôt que de miser sur des jeunes à fort potentiel, Jean-Louis Gasset était allé chercher des sénateurs pour des objectifs à court termes. Objectif qu'il a atteint mais sans se soucier des retombées futures. Retombées difficiles à gérer pour Claude Puel aujourd'hui.

En récupérant 20 M€ payable à l'échéance 2020, la direction stéphanoise pensait alors (en 2018) pouvoir tranquillement rembourser grâce à la manne des droits TV portés par Mediapro. Sauf que la présidence à deux têtes ne pouvait pas prévoir la crise du Covid-19 et l'exercice 2019-20 désastreux. Exercice qui a forcé le club à solliciter un nouveau prêt, garanti par l'Etat cette fois-ci, pour éponger les pertes et finir dans le vert pour une 10e saison de rang. Sauf que ce n'était plus 20 M€ que les Verts doivent désormais aux banquiers mais beaucoup plus. Les ventes de joueurs sont aussi et surtout pour ça : il y a de gros crédits à rembourser (avec des intérêts en prime). »

Alexandre CORBOZ

 

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Des finances plombées par les flops

« L'ASSE a vécu au dessus de ses moyens. Elle a emprunté pour recruter les Subotic, M'Vila, Debuchy, Cabella, Khazri, avec leurs salaires d'internationaux ou d'anciens internationaux. Mais ce qu'elle paie cash aujourd'hui, ce sont ses nombreux flops en matière de recrutement. Un Diony recruté pour 7 M€ au bas mot et qui part pour 0 € à Angers, un Diousse acheté 5 M€ à Empoli et que les Verts prêtent à droite et à gauche. Dabo, Lacroix, Katranis, on en passe et des pires : tout cela a un coup. Et l'addition, le club la paye aujourd'hui en devant vendre les bijoux de famille. Ce qui ne date pas d'aujourd'hui, d'ailleurs.

Dans un autre siècle, l'ASSE avait dû vendre Coupet et Sagnol pour ne pas mettre la clé sous la porte. Il y avait eu le transfert de Gomis à Lyon en 2009, puis ceux de Guilavogui, Ghoulam et Zouma. Et ceux, aussi, de Saint-Maximin et Pierre-Gabriel. Hormis Aubameyang, Gradel, Malcuit, Selnaes et Cabella, l'ASSE se montre incapable de faire des plus-values sur ses recrues. Et faute de savoir acheter, elle doit se résoudre à vendre les joueurs qu'elle forme, de plus en plus jeunes. Le constat est là. Et on ne peut que le déplorer. »

Laurent HESS