ASSE – OGC Nice (1-3) : Puel secoue Bouanga et salue la première de Retsos, Hamouma enrage contre l'arbitrage
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
AVERTISSEMENT

ASSE – OGC Nice (1-3) : Puel secoue Bouanga et salue la première de Retsos, Hamouma enrage contre l'arbitrage

Claude Puel, l'entraîneur de l'ASSE, n'a pas épargné Denis Bouanga après la défaite contre Nice (1-3). Un match qui a beaucoup frustré Romain Hamouma.

Au sortir d'un scénario douloureux, joueurs et entraîneur de l'ASSE avaient visiblement des choses à dire. Claude Puel, tout d'abord, a fait son mea-culpa sur la première période ratée des siens face au Aiglons. Pour le coach stéphanois, ses choix étaient mauvais. « Je prends la première mi-temps pour moi. J'ai mis en place un système à 3 qu'on n'a pas pu travailler correctement cette,semaine entre les cas contacts et l'absence des internationaux », a confié le coach dans des propos relayés par France Bleu et EVECT.

Mais Claude Puel n'exempte pas ses joueurs de tout reproche. S'expliquant sur sa présence sur le banc au coup d'envoi, l'entraîneur stéphanois a clairement piqué Denis Bouanga dont il estime visiblement l'investissement insuffisant. « J’attends beaucoup plus de Denis Bouanga dans ce qu’il peut nous apporter. Il a des qualités magnifiques et j’aimerais les voir plus souvent. Je compte sur lui, nous comptons sur lui, à un bien meilleur niveau », a prévenu Puel.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DE L'ASSE

Hamouma en colère sur un penalty non sifflé

Un Claude Puel en revanche bien plus positif sur la première de Panayiotis Retsos, très convaincant pour ses débuts avec les Verts. « Retsos est calme, serein, c’est un très bon défenseur. Ce n’est pas une surprise, on pensait qu’il pouvait nous apporter. Il fait son premier match après un entraînement avec le groupe. Dans l’adaptation, il a été très bon. »

Du côté des joueurs, les mots ont également été forts. Car Romain Hamouma ne décolérait pas après un penalty non sifflé pour une faute supposée de Dante alors que les Verts étaient revenus à 1-2. « Il met les mains dans mon dos. Je n’ai pas revu l’action mais j’ai cette sensation là. Je ne sais pas pourquoi le VAR n’est pas demandé, on ne peut pas trop parler avec eux (les arbitres) de toute façon. »