ASSE, OL : Aulas aurait permis à son insu le plus gros coup de l'histoire des Verts !
Jean-Michel Aulas (OL)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
AMI OU ENNEMI ?

ASSE, OL : Aulas aurait permis à son insu le plus gros coup de l'histoire des Verts !

La rivalité ancestrale entre l’ASSE et l’OL bat son plein cette semaine dans France Football, où des anciens Gones semblent donner des points au club forézien.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le joli coup Pape Cissé

La rivalité entre l’ASSE et l’OL existe depuis des lustres et n’est pas prête de s’arrêter. Il n’y a qu’à se rappeler des dernières joutes musclées entre les deux meilleurs ennemis, ne serait-ce qu’au match aller cette saison avec la prise de bec entre Léo Dubois et Yvan Neyou (2-1). Si le retour a été plus calme des le Forez (0-5), la petite guerre entre les deux clubs est repartie de plus belle cette semaine, ravivée par un sujet de France Football sur la popularité.

Bernard Lacombe, figure emblématique de l’OL, donne ainsi des points à l’ASSE. « Dans l’esprit des Français, Saint-Étienne, c’était l’équipe de France, mais une équipe de France qui aurait eu des résultats, ce qui n’était pas le cas de la sélection, lâche-t-il dans les colonnes de FF. Partout, on venait voir les Verts. Avec l’OL aussi, on venait de partout, mais avec surtout l’espoir de les voir tomber. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'ASSE

« La popularité, ça ne s’achète pas »

Sidney Govou, autre Lyonnais déclaré, est plus mitigé mais reste lucide sur la place de l’ASSE dans le coeur des Français. « La popularité, ça ne se décrète pas, ça ne s’achète pas, ça vient avec le temps, ça fait son chemin. L’OL devient un club populaire, poursuit l’ancien attaquant des Gones. Le temps joue pour lui, car toute une génération a grandi avec un OL archi dominateur et arrive aujourd’hui à l’âge adulte. Je suis du Puy-en-Velay, tout le monde supporte l’OL. Quand j’étais gamin, c’était les Verts. »

 

« Aulas est une force mais peut-être est-il un handicap à l’émotion »

Enfin, Alain Perrin a l’avantage d’avoir entraîné l’ASSE et l’OL et adopte un discours plus neutre qui résume assez bien la situation : l'impopularité de l'OL est peut-être due à la personnalité clivante de Jean-Michel Aulas à sa tête. « Dans les années 2000, l’OL écrasait tout en France et suscitait donc surtout de l’envie, de la jalousie, mais n’a pas pu, pas su écrire son histoire sur la scène européenne comme l’avait fait Saint-Étienne, analyse-t-il. C’est davantage Jean-Michel Aulas qui fait parler que l’OL. C’est son bébé, il est omniprésent, protège l’institution, sert de pare-feu et cristallise forcément quelques jalousies car sa voix porte. Pour le fonctionnement du club, il est une force mais peut-être est-il un handicap à l’émotion. »