ASSE : Patrick Guillou dérange, pour qui roule-t-il ?
Patrick GuillouCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
CHRONIQUES

ASSE : Patrick Guillou dérange, pour qui roule-t-il ?

A travers ses chroniques au Progrès, Patrick Guillou est devenu l'un des principaux influenceurs à l'ASSE. Ce qui lui vaut certaines attaques, assez violentes...

Zapping But! Football Club ASSE : le debrief du match face à Bordeaux

Les procès d'intentions envers les journalistes ou les chroniqueurs semblent monnaie courante en ce moment à l'ASSE. On l'a vu récemment avec le communiqué cinglant publié par le club forézien à l'encontre de Bernard Lions, notre confrère de L'Equipe, dont le dernier livre « Derrière la porte verte » a fait grincer des dents. Et cette semaine, c'est Patrick Guillou qui est épinglé par un certain Parasar, du site Poteaux Carrés. Un hasard si Parasar se paye le chroniqueur du Progrès ? A priori oui, l'indépendance de Poteaux Carrés, site référence sur la toile verte, n'étant plus à démontrer.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« Collabo », « ami des teutons »...

Mais que l'indépendance de Guillou soit remise en cause, au point de le traiter de « collabo » et d'être sûr qu'il roule pour quelqu'un, qu'il est « en service commandé », c'est mal connaître le bonhomme. Et c'est faire insulte à son amour pour les Verts. Tous ses proches vous le diront : ce qui caractérise « le Pat », c'est sa générosité, son gros caractère, sa fougue, sa détermination, jusqu'à l'excès parfois. Pas vraiment un enfant de cœur... En fait, il est comme il était sur le terrain. Ses chroniques révèlent une autre de ses facettes, plus cachée : sa culture, son goût pour la littérature. C'est à grands coups de métaphores, de références et d'ironie qu'il décrypte à travers chaque match l'actualité de l'ASSE. Mais c'est surtout le fond de ses chroniques qui lui est reproché. Elles seraient trop à charge contre Claude Puel, ce qui lui vaut de se faire traîter, si ce n'est de con, d' « ami des teutons » qui s'est « bundesligué » contre le manager général de l'ASSE...

Aimer les Verts, ce serait donc dire amen à tout ce qui peut se passer au club ?

Si Parasar partage avec Guillou le goût de la formule et des lettres, son opinion sur Puel diverge, manifestement. Mais Guillou n'est-il pas libre de penser que Puel a une grande part de responsabilités dans la situation sportive actuelle du club ? Si tout ceux qui partageaient son opinion étaient des « collabos », alors l'ASSE en compterait beaucoup, y compris à L'Etrat ! Non, tous les supporters ne sont pas des moutons. Ce serait bien qu'un jour certains comprennent que l'on peut aimer les Verts sans dire amen à tout ce qui se passe au sein du sacro-saint club. Que l'on peut supporter l'ASSE tout en s'indignant d'un 5-0 contre Lyon, d'un 4-0 contre Monaco, de sa gestion ou du management d'un coach, si expérimenté soit-il, qui tourne depuis son arrivée il y a dix-huit mois à une moyenne d'1,1 point par match. »