ASSE : Perdriau remet la pression aux dirigeants et s'ouvre à un rachat du club
Romeyer et Caiazzo (ASSE)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
PLUTÔT DEUX FOIX QU'UNE

ASSE : Perdriau remet la pression aux dirigeants et s'ouvre à un rachat du club

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne, souhaite que les deux actionnaires majoritaires de l’ASSE Bernard Caïazzo et Roland Romeyer clarifient au plus vite leurs intentions.

Zapping But! Football Club ASSE : les enjeux de la rencontre face à Nîmes

Un seul coup de pression n’était pas suffisant. Puisque Gaël Perdriau a bien l’intention de voir son message compris par tous, il a non seulement choisi But! pour le disséminer mais aussi L’Équipe. En cause ? Sa volonté de voir Bernard Caïazzo et Roland Romeyer clarifient au plus vite leurs réelles intentions à la tête de l’ASSE. 

« Je n’ai pas de défiance et beaucoup de respect pour les deux présidents. Mais ce flou entourant l’avenir du club depuis des années me dérange, a-t-il affirmé. Je les invite à jouer cartes sur table. Vous voulez vendre ? À quel prix ? Ils ont promis de céder le club en cas de projet sportif intéressant. On verra s’ils sont ce qu’ils disent être : amoureux du club et détachés de toute préoccupation financière. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

« S'ils ont des contacts, je souhaiterais rencontrer les personnes »

Au sujet de l’apparition d’un éventuel repreneur, comme l’a avancé But! dans ses colonnes, le maire de Saint-Étienne n’est pas opposé à la voir émerger pour l’avenir de l’ASSE. « Il est évident que s'ils ont des contacts de cession, je souhaiterais rencontrer les personnes pour connaître leurs intentions, a-t-il appuyé. L’ASSE n’aurait pas été l’ASSE si elle n’avait pas été créée à Saint-Étienne. On ne retrouve pas ces valeurs d’efforts, de travail et d’humilité ailleurs. L’ASSE toujours bankable ? Bien sûr. Le club dispose d’un capital image qui dépasse tout le reste. Sa cote d’amour lui vaut de rester dans le cœur des Français. Cette valeur immatérielle dépasse celle de ses actions. Ce qui explique le problème de son réel prix. Mais mon rôle n’est pas d’aller chercher des investisseurs. »