ASSE : présidents, cadres, jeunes, supporters, les Verts au révélateur (1/3)
Credit Photo - ICON Sport
par Benjamin Danet
Jugements

ASSE : présidents, cadres, jeunes, supporters, les Verts au révélateur (1/3)

Alors que l'ASSE vit une fois encore une saison difficile, et que les bons résultats du passé ne constituent plus que de vagues souvenirs, nous avons décidé de noter les différentes composantes du club. Dirigeants, joueurs, supporters, personne n'y échappe.

Zapping But! Football Club ASSE : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

Les deux présidents : 4/20

Des semaines, déjà, que Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont fréquemment droit à des banderoles musclées écrites par certains supporters. Devant le domicile du Stéphanois, au stade Geoffroy-Guichard ou à l'Etrat pour le Parisien (qui n'habite plus dans la capitale), le duo présidentiel concentre les critiques du Peuple Vert. Justifié ? En partie, oui. Et notamment depuis un an et demi avec des décisions et des propos pour le moins maladroits. Le choix de Ghislain Printant comme entraîneur ? C'est eux. Les propos surréalistes tenus à l'encontre de ce dernier en conférence de presse et qui ne manqueront pas de peser lors du rendez-vous aux prud'hommes ? C'est Roland Romeyer. "Nous avons fait une erreur de casting. Ghislain, j'ai fait ce que tu m'a demandé et tu es toujours le bienvenu au sein de ce club. Mais dans la vie il y a les entraîneurs numéros 1 et les numéros 2. On avait surclassé Ghislain." 

En effet, comme la direction s'était royalement plantée en allant chercher Oscar Garcia ou en confiant les destinées de l'équipe première à Julien Sablé. On notera d'ailleurs que l'option Gasset, elle, n'était pas, au départ, celle d'un numéro un, mais que ce sont les résultats qui l'ont imposée....Autre souci, et non des moindres, la véritable situation économique du club. Des mois, et mêmes des années durant, le secteur communication du club nous a pondu des communiqués mensongers affirmant que l'ASSE était parfaitement gérée et que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Loin d'être vrai.

Pour asseoir leurs ambitions (et ça on ne peut que les féliciter), Caïazzo et Romeyer ont ouvert les vannes. Celles des salaires et d'un emprunt. Problème, les résultats n'ont pas suivi. Pis, il faut désormais assumer les procès (Printant, Wantier), la pandémie et les droits TV. Rappelons, à ce sujet, et comme tant d'autres, que la direction stéphanoise avait applaudi des deux mains l'arrivée de Mediapro.

Inter : "On ne s'attardera pas, pour conclure, sur le fameux investisseur que les deux hommes doivent trouver. C'est en passe de devenir un fantasme alors que ça traduit surtout une réelle incapacité de faire grandir le club."

Reste, et ce n'est vraiment pas glorieux, les derniers mercato gérés par les deux hommes. William Saliba de retour ? Raté. Et paraît-il pour quelques minutes...La venue de Mostafa Mohamed ? Rendue impossible par la pathétique sortie médiatique de Romeyer sur une télévision égyptienne. Un président des Verts qui aurait du être conseillé, et bien entouré ce qui n'est malheureusement pas le cas à l'ASSE, avant de balancer de telles accusations et de telles inepties qui ont littéralement plombé le dossier et rendus fous de rage les dirigeants du Zamalek. Qui ont, dans la foulée, publié un communiqué.

"Leclub de Zamalek rejette de quelque manière que ce soit toute infraction ou tentative de détournement de l'un de ses affiliés, qui jouissent de la transparence et de la crédibilité. Deuxièmement, le club rejette catégoriquement et sans équivoque la menace contenue dans les déclarations susmentionnées de divulgation des noms de ceux qui ont demandé de toucher de l'argent en cas de non-réalisation de l'accord, et appelle les responsables du club Saint-Étienne à divulguer immédiatement ces noms, le cas échéant, conformément au standard d'intégrité et de transparence qui doit être respecté. Troisièmement, dans ce contexte, le club Zamalek annonce l'annulation définitive de la négociation concernant le transfert du joueur, Mostafa Mohamed au club français de Saint-Etienne, par respect pour l'entité et préoccupation du club Zamalek, ainsi que ses nombreux supporters partout dans le monde qui n'acceptent pas de telles matières, qui contredisent les valeurs et les principes."

On ne s'attardera pas, pour conclure, sur le fameux investisseur que les deux hommes doivent trouver. C'est en passe de devenir un fantasme alors que ça traduit surtout une réelle incapacité de faire grandir le club. Bref, et sans tomber dans le discours : "tirez-vous", qui est inutile car le club leur appartient, il est une évidence que les temps sont durs pour nos deux présidents. Et depuis fort longtemps.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'ASSE

Claude Puel : 7/20

Il serait injuste de prétendre que les mauvais résultats des Verts, depuis l'arrivée de Claude Puel, sont de son unique responsabilité. C'était déjà le cas avec Ghislain Printant, d'ailleurs, lâché par certains de ses cadres qui ne s'entraînaient pas...Problème, Puel a les coudées franches et fait (presque) tout ce qu'il veut depuis des mois. Il a encouragé la retraite de Loïc Perrin, a viré Stéphane Ruffier, a mis au placard plusieurs cadres (Boudebouz, Khazri) avant de les faire revenir dans l'effectif. A forcé le départ de plusieurs joueurs (Beric, M'Vila) et a encouragé la promotion de jeunes éléments qui n'ont pas toujours répondu aux attentes. Dans le football, il n'est qu'une seule règle, qu'un seul élément de valeur : les résultats. Et force est de constater que Puel n'en a pas.

On sait qu'en raison de finances calamiteuses, il a du céder pour Wesley Fofana. On sait aussi que les deux derniers mercatos ne lui ont offert qu'une infime marge de manoeuvre. OK. Mais celui qui dit miser sur la formation et la jeunesse est tout de même revenu sur ses principes en réintégrant des cadres. Celui qui dit miser sur l'avenir a décidé de donner son feu vert lors du mercato d'hiver pour deux éléments qu'on ne reverra plus sous le maillot stéphanois à la rentrée prochaine. Cissé et ses 12 millions d'option d'achat, on peut déjà oublier. Quant à Modeste, on espère surtout qu'il retrouvera la forme avant le terme de la saison....

Inter : "On a même la sensation de voir, semaine après semaine, les mêmes matches avec un contenu semblable et des erreurs récurrentes...."

Celui qui dit s'appuyer sur la performance laisse traîner deux dossiers de prolongation de contrats qui, pourtant, ne souffrent d'aucune contestation : Debuchy et Hamouma. On voudrait, enfin, voir une amélioration dans le jeu, un système mis au point, une façon de faire, quitte à que ce soit défensif...mais rien ne vient. On a même la sensation de voir, semaine après semaine, les mêmes matches avec un contenu semblable et des erreurs récurrentes....

Claude Puel : 7/20

Il serait injuste de prétendre que les mauvais résultats des Verts, depuis l'arrivée de Claude Puel, sont de son unique responsabilité. C'était déjà le cas avec Ghislain Printant, d'ailleurs, lâché par certains de ses cadres qui ne s'entraînaient pas...Problème, Puel a les coudées franches et fait (presque) tout ce qu'il veut depuis des mois. Il a encouragé la retraite de Loïc Perrin, a viré Stéphane Ruffier, a mis au placard plusieurs cadres (Boudebouz, Khazri) avant de les faire revenir dans l'effectif. A forcé le départ de plusieurs joueurs (Beric, M'Vila) et a encouragé la promotion de jeunes éléments qui n'ont pas toujours répondu aux attentes. Dans le football, il n'est qu'une seule règle, qu'un seul élément de valeur : les résultats. Et force est de constater que Puel n'en a pas.

On sait qu'en raison de finances calamiteuses, il a du céder pour Wesley Fofana. On sait aussi que les deux derniers mercatos ne lui ont offert qu'une infime marge de manoeuvre. OK. Mais celui qui dit miser sur la formation et la jeunesse est tout de même revenu sur ses principes en réintégrant des cadres. Celui qui dit miser sur l'avenir a décidé de donner son feu vert lors du mercato d'hiver pour deux éléments qu'on ne reverra plus sous le maillot stéphanois à la rentrée prochaine. Cissé et ses 12 millions d'option d'achat, on peut déjà oublier. Quant à Modeste, on espère surtout qu'il retrouvera la forme avant le terme de la saison....

Inter : "On a même la sensation de voir, semaine après semaine, les mêmes matches avec un contenu semblable et des erreurs récurrentes...."

Celui qui dit s'appuyer sur la performance laisse traîner deux dossiers de prolongation de contrats qui, pourtant, ne souffrent d'aucune contestation : Debuchy et Hamouma. On voudrait, enfin, voir une amélioration dans le jeu, un système mis au point, une façon de faire, quitte à que ce soit défensif...mais rien ne vient. On a même la sensation de voir, semaine après semaine, les mêmes matches avec un contenu semblable et des erreurs récurrentes....