ASSE : présidents, cadres, jeunes, supporters, les Verts au révélateur (2/3)
Credit Photo - ICON Sport
par Benjamin Danet
Jugements

ASSE : présidents, cadres, jeunes, supporters, les Verts au révélateur (2/3)

Alors que l'ASSE vit une fois encore une saison difficile, et que les bons résultats du passé ne constituent plus que de vagues souvenirs, nous avons décidé de noter les différentes composantes du club. Dirigeants, joueurs, supporters, personne n'y échappe. ​

Zapping But! Football Club ASSE : top 10 des valeurs marchandes des Verts

Les cadres (Debuchy, Boudebouz, Kolo, Moulin, Khazri, Hamouma) : 11/20

Compliqué, on le sait, de mettre tout le monde dans le même sac. Et pourtant, il faut bien dissocier les joueurs plus âgés de l'effectif, nécessairement installés en marge du groupe en raison du projet (supposé) de Puel avec les jeunes. Il faut d'autant plus les ressortir que l'entraîneur des Verts, à l'exception de Debuchy, n'a jamais manifesté une confiance totale aux autres. C'est également une évidence que Khazri et Boudebouz tardent, cette saison, à retrouver leur niveau d'antan. Les deux joueurs font preuve d'irrégularité, à l'image du match du Tunisien face à Reims, lui qui avait été si bon une semaine auparavant contre le Stade Rennais.

Mais il est tout de même utile de rappeler qu'il est ô combien complexe pour des joueurs de donner leur maximum quand on leur a clairement indiqué le chemin de la sortie. Difficile, dans le monde professionnel, d'imaginer deux éléments, et quels qu'ils soient, se défoncer pour un entraîneur qui ne croit pas en eux...Jessy Moulin et Timothée Kolodziejczak, eux, ont été associés au projet d'entrée de jeu. Et ont répondu présent lorsque tout allait bien. A l'image du groupe, et des résultats, ils ont plongé, avec pour conséquence d'envoyer Kolo sur le banc de touche depuis quelques matches. Dans l'ombre de Ruffier des années durant, Moulin réalise une saison passable, loin, très loin même des doutes qui l'affublaient avant même qu'il ne s'installe dans les cages. 

"Mathieu Debuchy et Romain Hamouma, eux, n'entrent pas dans cette catégorie. Si on ne comprend (toujours) pas pourquoi Puel s'obstine à ne pas les prolonger, les deux hommes sont cette saison irréprochables."

Mathieu Debuchy et Romain Hamouma, eux, n'entrent pas dans cette catégorie. Si on ne comprend (toujours) pas pourquoi Puel s'obstine à ne pas les prolonger, les deux hommes sont cette saison irréprochables. Hamouma, techniquement, est largement au-dessus des autres. Debuchy, par son expérience et son influence, est en tous points un capitaine rêvé pour chaque entraîneur d'équipe professionnelle. Et lorsque les des hommes ne sont pas là, on voit vite la différence... 

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'ASSE

La cellule recrutement : 11/20

Pas simple, vous en conviendrez, de noter le patron de la cellule en question alors qu'il n'est en poste que depuis quelques mois. Il s'agit de Jean-Luc Buisine, arrivé à l'ASSE à la toute fin du mois de mai 2020. Et qui n'a pas pris part au très bon coup du mercato d'été des Verts avec le pari gagnant qu'est Yvan Neyou, totalement inconnu du grand public et qui évoluait en réserve d'une formation portugaise. En revanche, Buisine a eu beaucoup, beaucoup de travail afin d'alléger la masse salariale et donc de faire partir, en prêt ou définitivement, certains joueurs. Le boulot a été fait, et plutôt bien même.

Moins, beaucoup moins de réussite, en revanche, sur deux dossiers personnellement gérés par Puel et qui restent à ce jour synonymes d'échecs : Adil Aouchiche et Jean-Philippe Krasso. Ce dernier, si transparent et comme on pouvait le redouter lorsqu'un élément arrive du National, n'a jamais été en mesure de s'imposer et a depuis pris la route du Mans (National). Pas plus de réussite avec le Grec Retsos sont on comprend désormais beaucoup mieux les blessures à répétition depuis des années. Dans le Forez, et en dépit d'une réelle aisance technique, le défenseur a affiché ses limites physiques, passant plus de temps à l'infirmerie que sur le terrain.

"Au sujet de Modeste, on comprend déjà mieux pourquoi il jouait si peu en Bundesliga : l'avant-centre est à court de forme. Son match contre Reims est cruellement venu le rappeler. Espérons voir autre chose avant le terme de la saison."

Cet hiver, au cours d'un mercato qui aurait pu être une réussite avec la venue de Mostafa Mohamed, les Verts ont tenté deux coups : Pape Cissé et Anthony Modeste. Rien à dire sur l'ancien de l'Olympiakos, qui certes s'est troué en Coupe de France (élimination contre Sochaux), mais offre dans bien des domaines d'évidentes garanties. Au sujet de Modeste, on comprend déjà mieux pourquoi il jouait si peu en Bundesliga : l'avant-centre est à court de forme. Son match contre Reims est cruellement venu le rappeler. Espérons voir autre chose avant le terme de la saison.