ASSE : Puel peut compter sur un nouveau soutien de poids après le départ de Thuilot
Jean-François Soucasse (ASSE)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
POSTE-CLÉ

ASSE : Puel peut compter sur un nouveau soutien de poids après le départ de Thuilot

Nommé en remplacement de Xavier Thuilot au poste de directeur général de l’ASSE en janvier, Jean-François Soucasse fait déjà corps avec Claude Puel.

Zapping But! Football Club ASSE : les meilleures déclarations de l'année 2020

Claude Puel a perdu gros avec le départ de Xavier Thuilot. Peu en phase avec certains éléments de l’ASSE, ce dernier a quitté le navire en laissant son ami livré à lui-même chez les Verts. Depuis, le club forézien a nommé Jean-François Soucasse au poste de directeur général. Discret jusqu’à maintenant, l’ancien dirigeant du Toulouse FC s’est exprimé en assurant qu’il s’entendait déjà très bien avec Puel mais aussi avec les deux présidents Bernard Caïazzo et Roland Romeyer.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Soucasse valide le jeunisme imposé par Puel à l'ASSE

« Mes relations avec Claude Puel sont très bonnes, avec beaucoup d’échanges. Il y a un projet sportif sous sa direction qui marche très bien et auquel j’adhère à 100%. Je pense qu’il n’y en a pas de meilleur, explique-t-il dans Le Progrès. La présence de Claude est une garantie pour l’avenir de l’ASSE. Je m’inscris pleinement dans le cercle vertueux qu’il a initié avec les jeunes. La pire des situations c'est un groupe âgé avec un entraîneur qui favorise sa performance à court terme. C’est mieux d’avoir deux actionnaires qui aiment leur club, le suivent, le connaissent plutôt qu’un actionnaire au bout du monde qui regarde le club comme un portefeuille d’investissement. Roland Romeyer et Bernard Caïazzo sont là depuis 2004. Sous leur présidence, l’ASSE a joué plusieurs fois l’Europe, formé des joueurs de grand talent, mis en place une gestion cohérente sur la durée.

 

« Le Covid-19 en raz-de-marée, Mediapro seulement l’estocade »

Ce même Soucasse a par ailleurs fait un bilan sur les comptes de l’ASSE. « De 20 M€ de pertes à cause du Covid et de 20 à 30 M€ de moins sur les droits télé ? Les ordres de grandeur sont un peu inférieurs, a-t-il nuancé. Il faut différencier les revenus en moins et les pertes à la fin de l’année. Il y a une baisse de chiffre d’affaires significative mais le club a mis des actions en œuvre avant mon arrivée et anticipé cette situation économique inédite, y compris avec la vente de joueurs. Le Covid-19 a été le raz-de-marée, Mediapro seulement l’estocade. »