Claude Puel
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
CRISE

ASSE : Puel, stop ou encore ?

Après l'humiliation du derby et la lourde défaite de l'ASSE face à l'OL (0-5), l'avenir de Claude Puel sur le banc des Verts pourrait s'inscrire en pointillés...

5-0, une manita, et au delà, une prestation indigne de l'ASSE, des résultats catastrophiques, une fronde des supporters qui demandent la démission de la direction. Bref, l'ASSE vit des heures sombres et au lendemain d'une gifle pareille, un sentiment de honte et d'inquiétude accompagne le peuple vert.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Les résultats l'accablent mais son contrat le sauve. Jusqu'à quand ?

Un sentiment partagé par les dirigeants stéphanois, forcément, vu la situation de l'équipe au classement et l'ampleur des dégâts. Avec cette question en filigrane : 16 mois après son arrivée, Claude Puel est-il toujours l'homme de la situation ? Et cette autre question : avec lui, l'ASSE ne va-t-elle pas droit dans le mur ? Bernard Caiazzo et Roland Romeyer étaient allés chercher le Castrais à l'automne 2019 pour succéder à Ghislain Printant. Ils lui avaient confié les clés du camion en lui offrant le plus gros contrat de l'histoire du club pour un entraîneur, et même un rôle de manager général, avec deux sièges au conseil d'administration, pour lui et son ami Xavier Thuilot, qu'il avait imposé.

De nombreuses zones de divergences

En congédiant Thuilot, son bras droit, pour le remplacer par Jean-François Soucasse, au début du mois, les présidents avaient envoyé un signe fort. Puel se retrouve fragilisé. Et il l'est encore plus après le camouflet du derby. Sous contrat jusqu'en 2022, l'ancien monégasque est protégé par ses émoluments et par ce qui l'empêche d'avoir de vrais moyens pour mener à bien son projet, à savoir la situation financière du club. Le licencier aurait un coût, de l'ordre de celui de l'éventuel transfert de Mostafa Mohamed (Zamalek), qui n'en finit plus de s'enliser. Mais une relégation en L2 aurait un coût aussi, plus important encore, et la menace se précise chaque semaine un peu plus.

Ces derniers mois, on le sait, des tensions sont apparues à L'Etrat. Des points de désaccords, des zones de divergences. La gestion du cas Ruffier, notamment, a déplu, à Roland Romeyer en particulier. Le fonctionnement interne aussi, et Thuilot en a fait les frais. Aujourd'hui, l'état d'esprit de l'équipe lors du derby et certains choix de Puel interpelleraient jusqu'en hauts lieux, tant l'équipe a été à la rue, à tous les niveaux, dans tous les compartiments du jeu. Les prochains matches, à Nice et face à Nantes, s'annoncent très importants. Pour l'ASSE mais aussi pour son entraîneur, même si l'absence de solutions pour le remplacer, sur le marché comme en interne, pourrait également jouer en sa faveur.

 

Pour résumer

Au lendemain du derby, Puel semble de plus en plus fragilisé à l'ASSE

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS