Stéphane Ruffier
Stéphane RuffierCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
INTERVIEW

ASSE : Ruffier continue de régler ses comptes

L'ancien gardien de l'ASSE Stéphane Ruffier a critiqué le fait d'avoir été moins considéré que certains de ses collègues ayant commis bien plus d'erreurs que lui.

Zapping But! Football Club ASSE : vente des Verts, faut-il vraiment y croire ?

Dans l'interview accordée à So Foot, Stéphane Ruffier est notamment revenu sur son départ chaotique de l'ASSE, au début de l'année 2021, après un conflit avec Claude Puel. Départ qui n'est toujours pas réglé puisque l'ancien gardien réclame une grosse somme à son ancien employeur. Mais le Basque ne s'est pas contenté d'allumer ses anciens coach et présidents dans le Forez. Il n'a pas oublié la concurrence, incarnée par Jérémy Janot puis Jessy Moulin, et ses anciens collègues...

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

"J’ai bien ramassé alors que d’autres restent des "grands gardiens""

"Quand j’arrive, Galtier est clair : je viens pour être son numéro un. A côté, Jérémie avait un peu ce truc de manger ses concurrents au mental. Là-dessus, moi, tu pouvais y aller… (rires) Récemment, il a avoué qu’il avait essayé le premier entraînement, puis le second et que c’était trop clair, net et précis. Il ne pouvait rien faire ! Mon mental à toute épreuve, ça a été ma qualité première. Après, pour les supporters, ça a été un autre style : les gens l’adoraient car il était beaucoup plus extravagant que moi, il pouvait rentrer sur le terrain en spiderman. C’était un pur showman. Moi, ça a été autre chose. Je suis venu performer, être carré, costaud, solide, afin de remettre le club en Europe."

"Sainté était en milieu de tableau et devait retrouver les hauteurs du championnat. Et c’est ce qu’on a fait. Avec le numéro 2, honnêtement, il n’y avait pas trop de débat. J’étais international. Un mec comme Mandanda à Marseille, ça a aussi été ça. Barthez à son époque, pareil, comme Coupet ou Maignan aujourd’hui. Je ne regarde pas trop ce qu’il y a derrière moi et dans ma carrière, je n’ai finalement fait qu’une boulette : au Parc, en 2014, sur un contrôle raté. Cette boulette existe, ça a fait rire du monde et ça a fait parler. J’en ai fait une grosse sur plus de 500 matches. C’est rien mais pendant six mois, j’ai été la tête de Turc et j’ai bien ramassé alors que d’autres qui en font deux ou trois par saison restent des « grands gardiens »."

Rejoignez le fil But ! Football Club sur WhatsApp pour ne rien rater des grosses infos sur vos clubs favoris.

Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Toujours aussi cash, Stéphane Ruffier a commenté dans So Foot la concurrence à laquelle il avait pu être confronté à l'ASSE, assurant l'avoir facilement écartée. Il a aussi regretté d'avoir été plus critiqué que certains collègues ayant commis plus d'erreurs dans leur carrière.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.