ASSE : Ruffier fait partie des 3 raisons des tensions entre Thuilot et Romeyer
Stéphane RuffierCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
DÉPART

ASSE : Ruffier fait partie des 3 raisons des tensions entre Thuilot et Romeyer

Le départ de Xavier Thuilot de la direction générale de l’ASSE pourrait s’expliquer par ses relations fraîches avec Roland Romeyer. Plusieurs raisons l’ont poussé au départ.

La nouvelle est tombée dimanche au beau milieu d’une après-midi assez calme : Xavier Thuilot a quitté l’ASSE. Directeur général des Verts depuis plus d’un an, l’ancien homme fort du RC Lens aurait bouclé ses valises en raison de ses nombreux désaccords avec Roland Romeyer. « Romeyer et Thuilot n’auraient pas été d’accord sur la manière de gérer le litige entre l’ASSE et Stéphane Ruffier mais également sur d’autres dossiers concernant le développement du club », résume Le Courrier Picard.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« Le départ de Ruffier a dû réveiller des courants »

« Si Xavier Thuilot s'en va, c'est qu'il y a de l'eau dans le gaz, de la friture sur la ligne. Je pense que le départ de Ruffier a dû réveiller des courants, prolonge Ludovic Obraniak. Dans ce club-là, il y a différents courants qui viennent de partout. Ce n'est pas facile d'évoluer dans ce club, sachant qu'il y a deux présidents avec deux visions différentes, qui ont des gens en interne qui sont pareillement divisés. » Le Progrès ne donne pas une autre version et va même plus loin dans son analyse du départ de Thuilot. 

 

Thuilot aurait voulu bordurer Romeyer

« Alors qu’il avait accepté de se mettre en retrait, Romeyer est remonté au front. L’affaire Ruffier a fini de cristalliser les tensions et les clivages au sein du club, les deux camps s’opposant sur le licenciement du gardien, souhaité par Puel, peut-on lire dans le quotidien régional. Après un conseil d’administration houleux en décembre, le directeur général s’est avoué vaincu. Pêle-mêle, le board reprocherait à Thuilot son refus de s’installer à plein temps à Saint-Étienne, mais aussi son manque d’investissement au quotidien et de poids par rapport aux partenaires et à l’environnement stéphanois. »