ASSE : un ancien du club dithyrambique sur Puel, moins sur Caiazzo et Romeyer
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
COMPLIMENTS

ASSE : un ancien du club dithyrambique sur Puel, moins sur Caiazzo et Romeyer

Ancien membre puis dirigeant de la cellule de recrutement de l'ASSE, Julien Cordonnier est revenu sur son passage dans le Forez, encensant Claude Puel, se montrant plus circonspect sur la direction bicéphale.

Zapping But! Football Club ASSE : top 10 des valeurs marchandes des Verts

Arrivé en février 2018 pour intégrer la cellule de recrutement de l'ASSE, Julien Cordonnier en a pris la tête de mars 2020 à mai dernier. Désormais en poste à la Berrichonne de Châteauroux, il a évoqué, à l'occasion d'une interview à Farid Rouas, son passage chez les Verts, les difficultés de la présidence à deux têtes mais aussi le travail de Claude Puel, qu'il trouve formidable.

"Une présidence à deux têtes, on sait que ce n’est jamais évident. Je l’ai connu à Orléans, j’avais deux présidents, c’est quelque chose qui n’est pas évident. Cela peut créer à l’intérieur du club des zones différentes. En tant que salarié, ça n’a jamais été un problème pour moi. En ce qui concerne Claude Puel, je pense qu’il a permis au club de se remettre à flot financièrement. Sincèrement, je pense que c’est le seul entraîneur en France qui est en capacité de faire ce qu’il a fait, avec le nombre de jeunes joueurs qu’il a pu lancer depuis qu’il a pris l’équipe à Saint-Etienne et d’arriver à se maintenir, certes difficilement. C’est très difficile de mettre en place ce qu’il veut faire, surtout dans un club comme Saint-Etienne où la pression populaire est importante. Il a répété depuis sa signature que le club n’était pas actif sur les mercatos, c’est la réalité. On a été actif surtout dans la sortie des joueurs mais peu dans le recrutement, si ce n’est sur des jeunes joueurs ou des paris."

Cordonnier félicite Puel

Ancien membre de la cellule de recrutement de l'AS Saint-Etienne, Julien Cordonnier a évoqué le travail de Claude Puel, qu'il juge exceptionnel. Pour celui qui est désormais à la Berrichonne de Châteauroux, seul le Castrais pouvait réussir une telle mission.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet