Razik Nedder, vainqueur de la Gambardella en 2019Credit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
POLEMIQUE

ASSE : Un audit sur le centre de formation, pour quoi faire ?

L'ancien préparateur physique de l'ASSE Thierry Cotte mène actuellement un audit sur le centre de formation...

Zapping But! Football Club ASSE : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

Le Progrès l'a révélé : « Les coachs du centre de formation ne savent pas de quoi leur avenir sera fait au-delà de la saison en cours, alors que certains bruits de couloir évoquent déjà des noms pour leur succéder. Condamnés à travailler avec des groupes toujours plus jeunes, ceux-ci, comme d’autres salariés, doivent également composer avec la mise en place, depuis le début de la saison, d’un audit chapeauté par Thierry Cotte. Une supervision du travail qui fait grincer des dents au centre de formation ». Cet audit peut en effet interpeler. Il est mené par Thierry Cotte, préparateur physique des Verts pendant de longues années avant d'être écarté par Laurent Batlles, qui lui a préféré Sébastien Sangnier. En CDI à l'ASSE, Cotte, proche de Roland Romeyer, occupe donc d'autres fonctions depuis le début de la saison. « On a créé une cellule d'aide à la performance et Thierry va en prendre la direction. Il a le profil idéal pour ce rôle », avait expliqué Loïc Perrin.

Un grand coup de balai pourrait se préparer à L'Etrat

C'est donc sur la formation que se porte actuellement le travail de Cotte. Et cela peut surprendre dans le sens où ce secteur est le seul qui semble bien fonctionner à l'ASSE, depuis des années. Si le club n'a pas mis la clé sous la porte, lui qui multiplie les ratés sur le marché des transferts, il le doit avant tout à la vente de ses « bijoux de famille » : les Gomis, Ghoulam, Guilavogui, Saint-Maximin, Pierre-Gabriel, et bien sûr ces dernières saisons William Saliba, Wesley Fofana et Lucas Gourna-Douath. A la 3e place du dernier classement des centres de formation de la FFF derrière Lyon et Le Havre, l'ASSE puise allégrement dans son vivier pour alimenter l'équipe première... et renflouer ses caisses. La bonne santé de son centre avait été récompensée il y a trois ans et demi par une victoire en Coupe Gambardella, sous la houlette de Razik Nedder. Passé depuis sur le banc de la réserve (N3), Nedder fait partie avec Jean-Luc Dogon (U19) et Patrick Moreau (U17) des éducateurs qui arrivent en fin de contrat. Tous les trois seront-ils poussés vers la sortie, de même que Laurent Huard, le responsable du centre ? La volonté de certains membres du Directoire de placer Jérémy Clément l'été dernier laisse à penser que des changements se préparent dans l'organigramme. Après quatre ans au club, Dogon et Moreau ne devraient pas être reconduits. Il se murmure que l'ASSE souhaite enrôler des éducateurs diplômés du DES pour conserver son statut de centre « Prestige ». Mais pour Nedder et Huard, rien ne serait encore décidé. Si Laurent Batlles est assidu aux matches des jeunes, contrairement à la plupart de ses prédécesseurs, et s'il est proche de certains formateurs, en particulier de Nedder, le choix de faire revenir au bercail Dylan Chambost et Léo Pétrot aurait fait grincer des dents à L'Etrat. Où une lutte des clans fait rage, le board actuel ayant notamment dans son viseur un agent influent, proche de Romeyer et de sa garde rapprochée.

Un documentaire sur le centre de formation diffusé ce jeudi sur France 3

FR3 Auvergne-Rhône-Alpes diffuse un film documentaire sur le centre de Formation de l'ASSE ce jeudi 24 novembre à 23h30. Le documentaire sera également diffusé sur Public-Sénat à une date ultérieure, et disponible en ligne et en streaming. Alexandre Donot et Raphaël Rivière ont filmé pendant un an le quotidien du centre, la vie des éducateurs et des salariés du club.

Pour résumer

L'ancien préparateur physique de l'ASSE Thierry Cotte mène actuellement un audit sur le centre de formation... Et cela peut surprendre dans le sens où ce secteur est le seul qui semble bien fonctionner à l'ASSE, depuis des années. Si le club n'a pas mis la clé sous la porte, lui qui multiplie les ratés sur le marché des transferts, il le doit avant tout à la vente de ses « bijoux de famille »...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.