OM - ASSE (0-2) : pourquoi les Verts de Puel sont entrés dans l'histoire
Wesley Fofana (ASSE)Credit Photo - Icon SPORT
par Benjamin Danet
Analyse

OM - ASSE (0-2) : pourquoi les Verts de Puel sont entrés dans l'histoire

L'ASSE se déplaçait ce soir au Stade Vélodrome afin d'y affronter l'OM en match en retard de la 1ère journée de L1. Résultat, une victoire, 2-0, la première depuis 1979 et une incroyable impression de sérénité.

Le match faisait figure de premier test. Car après ses victoires, certes probantes, face à Lorient (2-0) et Strasbourg (2-0) dans leur chaudron de Geoffroy-Guichard, les joueurs de l'ASSE affrontaient ce soir un cadre supposé de la L1, l'OM. En terrain adverse, même si le Vélodrome sonnait creux avec seulement 1 000 personnes dans le stade, Covid-19 oblige. Les Verts ont gagné et impressionné ce soir. Et voici pourquoi.

Parce que Yvann Maçon a été énorme

Peu d'observateurs du ballon rond connaissent Yvann Maçon. Et tous les lecteurs de But! Sainté ont même été surpris par son ambition, lors de son dernier entretien exclusif dans nos colonnes. On comprend désormais mieux pourquoi. Vif, rapide, toujours bien placé sur Florian Thauvin, un sacré client, Maçon a même été capable d'apporter offensivement. C'est d'ailleurs lui qui donne le ballon de but à Romain Hamouma sur l'ouverture du score. Maçon, qui ne joue pas à son poste de prédilection (il est droitier), s'adapte, joue à gauche et convainc déjà bon nombre de supporters. Un sacré match ce soir au Vélodrome.

Parce que les jeunes Verts offrent une fraîcheur insensée

Peu de monde accordait un quelconque crédit au projet de Claude Puel il y a encore quelques semaines. Matraqué par certains médias, montré du doigt dans sa gestion des cadres (Ruffier, Khazri, M'Vila, Boudebouz), Puel a décidé, et depuis fort longtemps, de faire confiance aux jeunes. Et quels jeunes ! On connaît Fofana, certes, mais Camara ne cesse de monter en puissance, Moueffek a réalisé une somptueuse entrée, Nordin s'est fondu dans le moule, Gourna n'a pas été impressionné. Et Maçon semble déjà être habitué à la Ligue 1. Probable que certains commentaires sur Puel changent dans les prochaines semaines.

Parce que les Verts ont su faire le dos rond

Les supporters des Verts, à la pause, devaient être partagés. Mener au Vélodrome, en effet, pour une formation qui ne s'est plus imposée à Marseille depuis 1979, c'est rare. Jouer aussi bien et se procurer autant d'occasions, ça l'est également. Face à des joueurs de Villas-Boas pas dans leur assiette, et notamment Alvaro, les Verts ont ouvert le score (Hamouma, 6e), mais auraient du doubler la mise. Mais Adil Aouchiche, dont on reparlera, a tout d'abord raté sa reprise sur un bon centre de Debuchy, qui s'est blessé sur cette action. Ensuite, et on se demande encore comment, lorsque Denis Bouanga a contré la frappe d'Aouchiche, seul face au but vide.Idem en seconde période avec Bouanga, seul face à Mandanda (70e). Pourtant jeunes, les Stéphanois ont donc fait le dos rond, ont souffert devant leur but, ont profité de la maladresse marseillaise et ont contré de la plus belle des manières avec un but splendide de Bouanga.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'ASSE

Parce que Aouchiche ne peut que progresser

Courtisé comme jamais par Claude Puel, l'ancien milieu de terrain parisien tarde, et c'est une évidence, à confirmer son immense potentiel. Discret contre Lorient, Aouchiche avait été en dessous face à Strasbourg. Contre l'OM, au cours de la première période, il a (presque) tout raté. Certaines relances, des passes courtes et une occasion toute faite lorsqu'il frappe sur la jambe de Bouanga. Résultat, et on le devinait, il a été sorti par son entraîneur à la mi-temps. Adil Aouchiche est à revoir, bien entendu, mais à tout un autre niveau. Si il y parvient, ce dont one doute pas, les Verts seront encore plus dangereux. On n'a sans doute pas fini d'entre parler d'eux.