ASSE : Ignacio Ramirez, dénouement d'un Mercato surprenant des Verts
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
COULISSES

ASSE : Ignacio Ramirez, dénouement d'un Mercato surprenant des Verts

Pour son 4e Mercato de rang, l'ASSE ne s'est pas montré particulièrement actif ni entreprenant. Cela s'est un peu animé sur la fin mais dans des conditions très étranges et avec l'arrivée de l'inconnu Ignacio Ramirez.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur la gestion de l'espoir Bilal Benkhedim

Lundi, en milieu de journée, l'ASSE n'était pas partie pour se renforcer sur ce Mercato d'été. Quelques jours plus tôt, face aux nombreux médias présents à l'Etrat sur la conférence de presse avant OM – ASSE, Claude Puel avait été très clair sur ses maigres possibilités de recrutement, son absence de moyens et sa volonté de n'être actif qu'au travers de la valorisation des actifs en place. « Je ne vais pas demander des choses irréalisables », avait-il martelé. En coulisses, c'est pourtant ce qu'il demandait au chef du recrutement Jean-Luc Buisine : lui dénicher un avant-centre athlétique et capable de prendre la profondeur, gratuit ou en prêt avec la possibilité d'inclure une option d'achat. Autant dire le fameux mouton à cinq pattes que tous les clubs ou presque cherchent sur le marché des transferts « Covid-19 ».

Claude Puel n'a pas voulu de Valère Germain

Durant la semaine du match de Marseille, la cellule de recrutement des Verts avait encore beaucoup travaillé, reçu des CV, étudiés des profils... Avant de les proposer au Manager général de l'ASSE au cours des diverses réunions. A chaque fois la même réponse : « Non ». Soumis par certains dirigeants qui voyaient en lui une affaire à saisir, le profil de Valère Germain (ex-OM, libre, 31 ans) a été retoqué (et pas seulement parce qu'il pouvait potentiellement être gourmand en salaire) : pas le bon profil pour évoluer dans le système voulu par le Castrais. Mostafa Mohamed (Galatasaray, 23 ans) correspondait davantage mais le passif avec Zamalek avait déjà enterré le deal avant même que des discussions ne soient amorcées. En plus, l'Egyptien n'était pas gratuit. D'autres attaquants internationaux, libres ou présents sur des destinations exotiques, ont été offerts avec Claude Puel, lequel a systématiquement affiché son scepticisme. Lui qui avait aussi dit non à Mbaye Niang (Stade Rennais, 26 ans), lequel aurait pourtant pu arriver gratuitement.

Puis il y a un coup de tonnerre, surprenant, imprévisible sur la journée de mardi. Sans qu'on sache pourquoi et alors qu'il n'avait validé jusqu'à présent aucun prêt sans option d'achat, Claude Puel a donné son aval à l'arrivée de l'attaquant uruguayen Ignacio Ramirez (Liverpool FC, 24 ans), un obscur buteur du championnat local, auteur de 11 buts sur les 12 derniers matchs (2e buteur derrière un certain... Gonzalo Bergessio, vieille connaissance des Verts). Décision qui a permis à l'ASSE d'ouvrir la porte à Charles Abi pour un prêt du côté de l'En Avant Guingamp.

Avec Ignacio Ramirez, le risque est mesuré

Ce deal révèle surtout une curiosité de cette fin de marché. Pour quelle raison Claude Puel a-t-il subitement changé de cap ? Lui qui était si droit dans ses bottes et dans son idée du futur ou de l'anticipation ? Claude Puel n'est pas spécialement tenté à l'idée de dépenser et de former pour les autres en bouchant les perspectives de ses « actifs » de L'Etrat. Surtout sans une option d'achat renvoyant la temporalité du deal à l'été 2022. Bien sûr, le technicien de 59 ans n'a pas la garantie d'être encore sur le banc, lui qui arrivera en fin de contrat, mais la volonté de laisser un héritage, comme partout où il est passé, lui est chère.

Il pense aussi et surtout au moyen terme. A une éventuelle vente du club à la fin de l'automne ou au début de l'hiver avec la possibilité de nouveaux moyens pour recruter. Cet hiver, avec tous les départs à la CAN, l'ASSE aura des besoins peut-être différent d'aujourd'hui. Un Mercato s'ouvre au 1er janvier. Depuis plusieurs semaines déjà, consigne a été passée à Jean-Luc Buisine de travailler dans cette optique. Sans réelle visibilité sur de nouveaux moyens mais avec la volonté farouche de rester sur une gestion des plus rigoureuses en attendant. 2022 doit marquer un nouveau départ. En attendant, il est interdit de se tromper. Avec Ignacio Ramirez, le risque était très limité. Pas de transfert, un salaire modeste, de l'ordre d'un contrat jeune à l'ASSE, et la seule concurrence du Metalist Kharkov au niveau européen. Pour l'Uruguayen, déjà appelé en sélection A mais jamais lancé, c'est aussi une vraie chance d'accéder au Vieux-Continent pour mieux se faire un nom. Et puis si l'ASSE se dote de nouveaux moyens et que Ramirez fait une « Neyou » dès ses débuts, elle pourra toujours l'acheter plus tard !

Les coulisses de la dernière ligne droite

Voici ce qui s'est réellement passé dans les coulisses de l'ASSE dans la dernière ligne droite du Mercato avec en point d'orgue l'annonce à 0h01 de l'arrivée de l'attaquant uruguayen Ignacio Ramirez (Liverpool Montevideo, 24 ans).