ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Ne nous dites pas que les Verts n'ont pas besoin de renforts ! »
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
ANALYSE

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Ne nous dites pas que les Verts n'ont pas besoin de renforts ! »

Ancien responsable des Sports au Progrès, Didier Bigard fait part de ses doutes après l'entrée en matière décevante de l'ASSE face à Lorient (1-1) pour le premier match de la saison. Selon lui, l'équipe a besoin de renforts.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le revenant Wahbi Khazri

« Remettez-nous ça ! » titrait But ! la semaine dernière. Les joueurs stéphanois n’avaient peut-être pas compris que cette requête ne faisait pas référence aux affres de la saison précédente mais seulement à son premier match. Il y a un an Lorient lançait déjà le championnat à Geoffoy-Guichard et les Verts s’étaient imposés 2-0  grâce à deux buts de Romain Hamouma. Au lieu de rééditer cette bonne entrée en matière, ils ont, cette fois, laissé planer le doute, comme pendant de trop longs mois en 2020-2021. Ils avaient alors l’excuse de jouer sans leur douzième homme. Ils ne l’ont pas eu dimanche avec plus de 20 000 spectateurs. Si le chiffre est à relativiser par l’absence des Greens Angels, l’ambiance était bien présente jusqu’à réjouir Christophe Pélissier expliquant le rythme soutenu de la rencontre par le retour de ce public. « On connait la ferveur ici. Même si c'était contre nous, c'est agréable de jouer des matchs comme ça ». Paul Nardi n’est pas plus rancunier relevant d’un sourire que les supporters de l’ASSE « font pas mal de bruit ».

Ils poussent en effet et c’est heureux, Claude Puel en est convaincu, « Heureusement que nous les avons eus en fin de match quand on manquait d'oxygène », allant jusqu’à les qualifier « d'homme du match ». On lui laissera la responsabilité de l’appréciation, mais au moins ce salut adressé aux tribunes lui a-t-il évité de rentrer dans le détail des performances sur la pelouse... Comme tous les entraîneurs, il n’aime pas individualiser le collectif et s’il s’était lancé dans cet exercice devant la presse, il y aurait eu pas mal de grincements de dents chez ses joueurs. Ce n’est que partie remise. Dans les débriefings de la semaine, des oreilles siffleront. Et tant pis si certains sont vexés comme à dû l’être Charles Abi sorti à la mi-temps, voire Adil Aouchiche qui a bénéficié d’un sursis surtout par manque de solutions. Personne ne supportera que ces deux là, présentés comme de réels espoirs en restent à ce stade pendant encore dix mois. Pour le premier, avoir été formé au club ne constitue pas un joker pour faire carrière et le second doit justifier un investissement auquel les Parisiens n’ont pas cru. Sauf à leur donner raison.

Trop de joueurs se battent avec le ballon

Ils sont jeunes, mais le talent n’a pas d’âge. La tolérance peut se concevoir face à un manque de constance, pas devant des prestations d’une inconsistance qui deviendrait chronique. L’exigence que d’aucuns qualifieront de sévère est d’autant plus forte avec Aouchiche qu’il a dans les pieds des qualités que sa tête doit apprendre à exprimer. C’est moins le cas d’autres joueurs de cet effectif rajeuni et affaibli puisque deux titulaires, Cisse et Debuchy, n’ont pas été remplacés. Ce n’est pas faire injure à ceux qui assurent la relève, Mickaël Nadé a d’ailleurs réussi ses débuts. Mais il n’empêche qu’il était plutôt programmé pour poursuivre sa progression en National, qu'Yvann Maçon n’a pas encore retrouvé la plénitude de ses moyens, qu’il y a des écarts de forme, des blessés, des joueurs touchés par le Covid, d’autres rentrés plus tard de sélection. Et des lacunes techniques qui ont fait dire à un observateur avisé que « beaucoup se battent avec le ballon ». Puel parle, plus diplomatiquement, de manque de justesse tout en évoquant l’absence de solutions « Des joueurs ont fini la partie très fatigués mais on ne pouvait pas les remplacer».

De quoi débattre autour de la petite phrase de Bernard Caiazzo se félicitant dans Le Monde « C’est la première fois que j’ai un entraîneur qui me dit “Il ne faut pas dépenser” ». Il doit y avoir une petite incompréhension, là aussi. Qu’on ne tente pas des paris impossibles, style Retsos ou Modeste, d’accord. Mais un buteur opérationnel et un défenseur solide, et peut-être même un vrai meneur... 

Didier BIGARD

Le besoin de renforts se fait sentir chez les Verts

Après le match nul de l'ASSE contre Lorient, Didier Bigard met en avant le besoin de renforts chez les Verts. L'ancien responsable des sports au Progrès fustige par ailleurs les prestations d'Adil Aouchiche et Charles Abi face aux Merlus.

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS