Pascal Dupraz
Pascal DuprazCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
CONF' DE PRESSE

ASSE : les blessés, la Duchère, l'héritage de Puel ... Dupraz dit tout et évoque un possible renfort !

Ce samedi, à la veille du déplacement sur la pelouse de Lyon-Duchère (dimanche, 13h45), Pascal Dupraz a fait face aux médias à l'ASSE pour sa première conférence de presse d'avant-match.

Zapping But! Football Club L'AS Saint-Etienne : La question du jour

Le point santé

« Il y a les absents habituels auxquels s’ajoutent Ryad Boudebouz qui ne jouera pas, par précaution pour un adducteur chancelant. Pour le match de demain, il serait risqué pour le doc d'aligner Ryad. Donc il n'y a pas de débat, on espère le retrouver contre Nantes. Concernant Yvan Neyou, nous avons un doute. On fera le point cet après-midi ».

Sur l'état des troupes au niveau psychologique

« Je n'ai pas besoin d'être rassuré, mais de prendre mes marques et terminer les entretiens individuels avec les joueurs et le staff pour m'imprégner de ce qu'ils ressentent. Ensuite, on commence à imposer notre manière de voir les choses. Le premier entraînement sous ma direction, j'ai trouvé les joueurs alertes mais en amont, Julien qui avait assuré l'intérim, a senti les joueurs touchés. Il est certain que la situation est préoccupante pour tout le monde. Je n'ai aucun doute sur le fait que les joueurs sont mobilisés. C'est aussi leur carrière qui est en jeu ».

Sur l'héritage de Claude Puel

« Nous succédons toujours à quelqu'un dans notre métier d'entraîneur. Les 12 points de Claude Puel sont de toute façon nécessaire pour le maintien. Je veux rester sur le factuel, cette équipe prend trop de buts et n'en marque pas assez. Je préfère réserver mes préceptes à mes joueurs pour ne pas donner des idées à nos concurrents. Il y a eu 39 buts encaissés, ce qui fait beaucoup. Défendre fait partie de la bonne conduite d'un match de foot. Bien défendre c'est aussi bien attaquer. On veut récupérer le ballon le plus vite possible quand on le perd et être prolixe en buts ».

Sur la nécessité de briller en Coupe et le match de la Duchère

« Quand on gagne peu de matchs, la rédemption se fait en gagnant. La Coupe de France est propice pour soulever l'enthousiasme des foules. On ne jugera la qualité du tirage qu'à la fin du match. J'ai été entraîneur d'un club amateur et j'ai aussi laissé une pelouse haute et la plus grasse possible avec des supporters qui se moquaient des professionnels. Cela ne doit pas nous déstabiliser (…) L'objectif c'est d'écrire une histoire, plusieurs tomes, chapitres et demain c'est le premier chapitre. L'important, c'est de faire preuve de sérénité, ce qui ne dispense pas de faire preuve d'agressivité. On ne peut pas se pénaliser  ».

Sur le club qu'il découvre

« Hier, je suis allé visiter, la boutique, le musée, les vestiaires. On s'aperçoit là de la notion de grand club, et je ne parle pas de l'étoile avec ces 10 titres qui n'ont pas été égalés. Mon premier match à la tête de l'ASSE est très important, mais ce qui prime, ce sont les joueurs. Quand viendra mon dernier match en mai, les émotions seront doublées car on sera maintenu ».

Sur les cas Sako (qui n'a pas signé mais qui s'entraîne à l'ASSE) et Gnagnon

« Bakary est là, et je m'aperçois que c'est un excellent footballeur. On s'aperçoit tous qu'il est libre et qu'il évolue dans un secteur de jeu que l'on doit améliorer à l'ASSE (…) Joris était là avant que j'arrive, il faut l'athlétiser. Le staff s'y emploie ».

Sur les incidents de Paris FC - OL

« Je suis consterné, mais c'est à l'image de notre société avec ces zones de non-droit. C'est normal que cela se passe aussi dans les stades ».

Les mots de Dupraz

Ce samedi, à la veille du déplacement sur la pelouse de Lyon-Duchère (dimanche, 13h45), Pascal Dupraz a fait face aux médias à l'ASSE pour sa première conférence de presse d'avant-match. L'occasion d'évoquer la Coupe, les blessés, l'héritage de Puel et le Mercato.