ASSE - Mercato : l'énorme sous-entendu de Mounier sur son prêt avorté
Anthony MounierCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
VÉRITÉ

ASSE - Mercato : l'énorme sous-entendu de Mounier sur son prêt avorté

En janvier 2017, Anthony Mounier devait être prêté à l'ASSE mais les ultras verts s'y étaient opposés au motif que l'ancien Lyonnais avait tenu des propos grossiers à l'encontre du club quelques années auparavant. Aujourd'hui, il lâche une vérité dérangeante.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur l'adaptation difficile d'Anthony Modeste

La polémique avait scandalisé la France du foot au mercato hivernal 2017. Le 27 janvier, Anthony Mounier avait été prêté à l'ASSE par Bologne. Mais les supporters des Verts s'étaient immédiatement opposés à sa venue car il avait tenu des propos injurieux contre leur club quand il défendait les couleurs de l'OL et même plus tard à Nice et Montpellier. Trois jours plus tard, le 30 janvier, alors que son nom figurait sur la feuille d'un match à Toulouse, les ultras avaient menacé d'envahir le terrain et de faire interrompre la partie s'il n'était pas retiré. Finalement, son contrat avait été rompu.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

"On ne sait pas trop si ce sont des gens au sein du club"

Aujourd'hui en Grèce, à l'Apollon Smyrnis, Mounier est revenu sur cet incident pour Actu Foot et, surprise, il assure que quelqu'un au sein de l'ASSE pourrait lui avoir savonné la planche : "Ça n’a pas été facile pour tout le monde, pour mes proches… Après, je suis joueur de foot, ce n’est pas Saint-Etienne qui a décidé d’annuler l’opération, c’est moi qui ai accepté de le faire. Le contrat était signé donc si je n’avais pas voulu faire marche arrière, je serais resté sous contrat. J’ai accepté parce que j’avais trouvé une porte de sortie derrière (à l’Atalanta Bergame). Sinon, je n’aurais jamais accepté de le faire étant donné le prêt qui avait été ficelé et les options mises dedans".

"C’est dommage parce que c’était un deal « donnant-donnant », j’étais prêté six mois dans un grand club français avec la perspective de jouer la Ligue Europa contre Manchester United. J’étais prêt à aider et il m’aurait aidé aussi parce que je sortais de six mois compliqués où je n’avais pas joué en Italie. Ca ne s’est pas fait pour des raisons extra-sportives parce qu’on ne sait pas trop si c’est l’attaque des supporters ou des gens au sein du club. On ne saura jamais vraiment ce qu’il s’est passé mais ça n’a pas été facile du tout pour mes proches parce que eux vivent en France. Il y a eu des paroles et des menaces déplacées."