Claude Puel (ASSE)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
ANTÉCÉDENT

ASSE - Mercato : Puel n'est pas un pionnier dans sa stratégie avec les jeunes

Conformément à Claude Puel à l’ASSE, Dominique Rocheteau s’était déjà déclaré en faveur de la protection de la formation des jeunes.

Zapping But! Football Club ASSE : la rétrospective de l'année 2020 des Verts

Claude et Dominique Rocheteau, même combat. Ce mercredi, Claude Puel revient en détails sur sa stratégie de faire confiance aux jeunes de l’ASSE avant de penser à les vendre au mercato. « Il ne faut pas avoir en tête systématiquement de vouloir développer des joueurs avec un certain profil pour ensuite les vendre à l’étranger. On doit développer des joueurs pour les garder un peu plus, pour les former. Ce n’est pas le cas actuellement, éclaire-t-il dans Le Progrès. À la fin de leur contrat aspirant, beaucoup veulent partir. À l’étranger, les contrats avec les jeunes sont de 4 ou 5 ans. Notre formation n’est pas protégée. Il faut que les contrats soient plus longs. Cela passera par une discussion avec l’UNFP. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Rocheteau tenait la même ligne que Puel en juin 2018

Ce discours louable n’est pas le premier à trouver un écho dans les murs de l’Étrat. Poteaux Carrés a déterré une interview de Dominique Rocheteau, calquée peu ou proue sur les mots de ce même Puel et datant du 2 juin 2018. « En France, on n’est pas protégé au niveau de la formation, déclarait-il y a déjà presque trois ans. Il y a plein de facteurs qui expliquent ce problème dont celui des agents mieux payés à l’étranger pour un premier contrat pro. L’idéal serait de fixer la durée du premier contrat pro à cinq ans. Il faut protéger la formation française. » Le site pro stéphanois rappelle que l’UNFP ne semble pas aller dans le sens de Puel et Rocheteau sur ce point, limitant ainsi pour l’instant le plan d’avenir de l’ASSE